L'affaire Boël peut-elle détruire l'image de la famille royale ?

L’affaire Boël peut-elle détruire l’image de la famille royale ?
L’affaire Boël peut-elle détruire l’image de la famille royale ? - © ERIC LALMAND - BELGA

La Cour d'Appel a rendu sa décision dans l'affaire de reconnaissance de paternité introduite par Delphine Boël vis-à-vis de l'ancien Roi Albert II. L'ex-souverain devra se soumettre à un test ADN dans les trois mois. Il peut refuser mais avec le risque de créer une présomption. Pour Marc Uyttendaele, l'avocat de Delphine Boël, le possible refus d'Albert II de se soumettre à ce test ADN pourrait être interprété comme un "indice très clair" de l'existence d'un lien de paternité entre l'ex-souverain et Delphine Boël.

La Cour a également annoncé que Jacques Boël n'est pas le père légal de l'artiste belge Delphine Boël. Elle dit en effet être la fille naturelle d'Albert II et a entamé une bataille juridique pour être reconnue comme telle. 

Cette affaire pèse déjà depuis plusieurs années sur les épaules d’Albert II qui a abdiqué en faveur de son fils Philippe. Ce nouveau développement risque-t-il d’écorner l’image de la famille royale ? L’institution monarchique est-elle fragilisée par ces événements ?

Bertrand Henne reçoit autour de la table de "Débats Première" ce mardi 6 novembre dès 12h30, sur La Première, Martine Dubuisson, journaliste au journal Le Soir et Pierre Nizet, journaliste à Sud Presse.

Donnez-nous votre avis

On attend vos réactions :

  • Par téléphone au 02/737.37.07
  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1

Extrait de notre JT 19h30 de ce lundi 05 novembre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK