L'administration wallonne suspend ses contrôles dans les fermes

La ministre de l'Environnement, Céline Tellier, a reçu les représentants de la FWA et de la FUGEA
La ministre de l'Environnement, Céline Tellier, a reçu les représentants de la FWA et de la FUGEA - © MAXIME ASSELBERGHS - BELGA

Les tracteurs de la FUGEA n’ont finalement pas envahi Namur ce mercredi midi. Ils auraient dû protester contre une "surenchère de contrôles" dont les fermiers se disent victimes. Le syndicat agricole a préféré une entrevue avec la ministre de l’Environnement.

A l’origine de la mauvaise humeur des agriculteurs, l’organisation, par l’administration wallonne, de contrôles sur le stockage et l’utilisation de produits phytos. Des vérifications qui, presque toutes, ont décelé des problèmes. Mais sans la moindre conséquence sur l’environnement ou la santé.

Plusieurs types de contrôles

Il est vrai que l’AFSCA vérifie déjà la gestion des stocks, l’entreposage et l’utilisation de ces produits. Les seuls reproches pointés par l’administration wallonne feraient état de documents administratifs non annexés ou affichés.
La FWA déplore aussi ces inspections. Mais même s’il les trouve intempestives, l’autre syndicat agricole ne mobilise pas ses membres. Selon lui, on peut remédier au problème lors de la prochaine réunion de concertation.

Suspension temporaire

Interpellée, la ministre de l’Environnement l’admet : il y a trop de paperasses imposées aux agriculteurs. On va y remédier, dit Céline Tellier. Mais elle insiste : les contrôles continueront parce que les ambitions pour l’environnement ne diminueront pas, dit-elle.
En attendant, les inspections sont suspendues le temps de clarifier les procédures.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK