L'accord sur la réforme de l'Etat a été présenté

Le formateur était soulagé
Le formateur était soulagé - © RTBF

Elio Di Rupo, entouré des représentants des huit partis qui ont négocié, a présenté l'accord à la presse.

On avait annoncé une conférence de presse assez brève et ce fut bien le cas. Une petite vingtaine de minutes à peine, le temps de présenter cet accord historique. Le formateur a salué le sens du compromis des négociateurs. Symboliquement, on note qu'Ecolo et Groen! étaient bien présents alors que des voix, essentiellement au CD&V et à l'Open vld s'élèvent pour estimer que seuls 6 partis doivent monter au gouvernement.

Elio Di Rupo a donc présenté les grandes lignes de la réforme de l'État, l'une des plus importantes que le pays a connues. "Le centre de gravité a basculé de l'État fédéral vers les Régions et Communautés", a-t-il assuré. Il reste encore du pain sur la planche, a cependant indiqué M. Di Rupo, rappelant l'effort d'assainissement à réaliser. A cet égard, le formateur a estimé que les mesures devront être "équitables" sur le plan social, bénéficier à l'emploi, et aider les citoyens à surmonter leurs difficultés.

"Les accords politiques sont indispensables mais ne suffisent pas", a lancé Elio Di Rupo. "Nous devons tous travailler au bien commun. Associations, entreprises, patrons, syndicats, créateurs, c'est ensemble que nous assurerons un futur meilleur des femmes et des hommes de notre pays et en particulier de notre jeunesse", a poursuivi le formateur, alors que certains observateurs annoncent un automne chaud face aux mesures de rigueur qui ne manqueront pas de tomber.

Le formateur a aussi indiqué que la formation du gouvernement était "à portée de main" après l'accord "historique" conclu sur le plan institutionnel. Elio Di Rupo a lancé un appel aux forces vives du pays afin que "tous ensemble", politiques, syndicats et patronat, travaillent au "bien commun" des citoyens et des générations futures.

Sacha Daout avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK