L'accord médico-mutualiste moribond: les honoraires des médecins vont-ils augmenter?

Sans accords, les honoraires des médecins pourraient augmenter.
Sans accords, les honoraires des médecins pourraient augmenter. - © ANTHONY DEHEZ - BELGA

L'accord entre mutuelles et médecins conclu fin 2015 pour 2016 et 2017 a du plomb dans l'aile. Cette nuit l'Absym, principal syndicat médical, a officiellement décidé de sortir de l'accord, emboitant ainsi le pas au Cartel, autre syndicat de médecins. Une réunion de la dernière chance se tiendra le 25 janvier prochain mais faute de résultats, certains médecins pourraient augmenter leurs honoraires.  

C'est quoi le problème ?

Au cœur de ce bras de fer, des questions d’argent. Les syndicats de médecins ne digèrent pas les mesures d'économie "unilatérales" infligées par la ministre de la santé Maggie De Block (Open-VLD). Il pointe notamment les 900 millions d’économie en soins de santé prévus dans le budget 2017, mais aussi l’amputation de 2/3 de l’index sur leurs honoraires, qui suite à quelques subtilités techniques leur est imposée. L’accord médico-mutualiste prévoit que le texte est caduc si des éléments essentiels changent. Pour les médecins c’est le cas, l’accord n’a plus lieu d’être. Ils l’ont fait savoir Jo De Cock, président de la Commission nationale médico-mutualiste de l'INAMI

Et maintenant, on fait quoi ?

Pour choisir une image médicale, aujourd’hui l’accord est en état de mort cérébrale, mais pas encore totalement enterré. Le 25 janvier prochain, Jo De Cock a convoqué une réunion de la dernière chance, en présence de Maggie de Block, pour tenter de sortir de l’impasse. Mais déjà, cela semble très mal emmanché. Les médecins le répètent, pour eux la confiance est rompue. En plus, le timing est serré : le 28 janvier si aucune solution n’est sur la table, l’accord médico-mutualiste sera cette fois officiellement enterré.

Des honoraires en hausse ?

Faute d’accord, les médecins pourraient fixer librement leurs honoraires, les augmenter donc, sans que le remboursement pour le patient n’augmentent. Mais pour cela, il faut que les médecins choisissent de se déconventionner. L’ABSYM appelle ses quelques 4000 membres à le faire, soit 10% des 42 000 médecins actifs à l’INAMI, dont 80% sont aujourd’hui conventionné. Le Cartel lui, n’a pas lancé un tel appel. Qui choisira de le faire ? Difficile à dire. Cette décision très personnelle reviendra à chaque médecin.  

Mais avant d’en arriver là, rappelons-le, une réunion de la dernière chance entre les différentes parties concernées doit encore avoir lieu ce 25 janvier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK