Kristof Calvo (Groen) sur la question climatique : "La N-VA ne sera jamais la solution"

Pour répondre à l’urgence climatique, Ecolo et Groen ont cosigné une proposition de loi à la Chambre reprenant la « loi spéciale climat », prête à l’emploi, élaborée par des universitaires francophones et néerlandophones. Mais ça coince côté flamand, ils n’en veulent pas.

« Je ne pense pas que c’est une question communautaire. Ça bloque chez certains partis flamands, Open VLD et CD&V, mais notre ambition c’est d’essayer de les convaincre. C’est une réponse très importante après cet engagement et enthousiasme des jeunes dans la rue », précise Kristof Calvo, chef de groupe Groen au parlement fédéral.

Cette loi spéciale climat, « ce n’est pas la seule mesure à prendre, mais c’est un pas important, il faut que l’on fixe les objectifs ».

Les jeunes montrent le chemin, ils savent travailler ensemble

En Belgique, selon lui, il y a un manque de coordination au niveau politique. « Il y a une différence remarquable entre les jeunes et nos ministres. Les jeunes montrent le chemin, ils savent travailler ensemble. Et nos quatre ministres du Climat ne savent même pas organiser une réunion entre eux. Je pense qu’une coordination plus forte des objectifs fixés c’est important pour renforcer notre politique climatique. J’espère aussi qu’on aura des partenaires pour convaincre le VLD et le CD&V. »

« Je fais l’appel à Charles Michel pour, qu’avec nous, il puisse convaincre ses partenaires pour faire voter cette loi. »

Voter la loi avant les élections

Le MR a annoncé hier justement rejoindre les partis francophones sur ce texte. Il estime aussi avoir un bilan en matière climatique, mais qu’il s’est mal exprimé sur le sujet.


>> A lire aussi : Ecolo et Groen font une proposition de loi pour le climat, quid du programme des autres partis?


« La communication de Marghem est problématique, mais le problème de Charles Michel, ce n’est pas la communication. Les lignes bougent et c’est une bonne idée, je vois un peu d’opportunisme mais je préfère quand on compare avec l’immobilisme des dernières années. »

La ministre fédérale précisait hier, dans Soir Première, être à l’origine de cette Loi climat. « J’ai commandé à mon administration que des universitaires se penchent sur la gouvernance climatique. La présentation de leurs travaux a eu lieu le 27 novembre 2018, et le contenu de cette proposition de loi est pratiquement la totalité des conclusions de ce travail. »

Mais Kristof Calvo insiste : « La réponse politique doit être à la hauteur de l’engagement de ces jeunes. Pour eux, ce n’est pas important si c’est la loi de Marghem, du MR, de Calvo de Nollet, je m’en fous qui signe la loi. Le plus important c’est qu’on puisse la voter avant les élections, qu’on fixe les objectifs. Comme ça, le débat autour des mesures pendant la campagne électorale sera plus clair et intéressant. »

Je m’en fous de la N-VA, la solution ne sera pas chez eux

Pour que cette loi passe, il faut la majorité dans les deux camps linguistiques mais la N-VA n’en veut pas. « Je m’en fous de la N-VA, la solution ne sera pas chez eux. »

Le parti est de plus en plus considéré comme étant climatosceptique et « de plus en plus comme un lobbyiste du secteur nucléaire ».

« Mais on va quand même essayer de trouver une solution. Ce n’est pas la première fois qu’il y a un blocage. Il y a moyen de convaincre nos collègues du CD&V et du VLD. Je compare un peu la situation au blocage autour du pacte migratoire de l’ONU. On a fait le choix, sauf la N-VA, de s’investir dans des convergences. On va faire le nécessaire pour les convaincre. »

Et justement, du côté du CD&V, Joke Schauvliege, la ministre flamande de l’Environnement, estimait dans un discours ce week-end que les manifestants sont manipulés de l’intérieur, disant même avoir la confirmation de la sûreté de l’Etat. Après la diffusion de ses propos, elle s’est excusée, indiquant avoir été mal comprise… Ce mardi, elle reconnaît ne pas avoir eu de contact avec la Sûreté de l'État. 

« Les conneries de Schauvliege, ce n’est pas l’essentiel. J’espère qu’on ne va pas parler de ça toute la semaine et qu’on va parler rapidement des modalités de la Loi climat. Ce n’est pas sympa pour l’engagement et la créativité des jeunes, mais la réponse qu’on doit donner ce n’est pas des discussions sur Schauvliege, ce sont des solutions sur le climat. »

« Relier les gilets jaunes et les gilets jeunes »

Dans tous les cas, les jeunes continuent leurs manifestations. Ils seront dans les rues de Louvain ce jeudi. Mais que faire à court terme pour répondre, en partie, à leurs attentes ?

Pour Kristof Calvo, « c’est organiser un vrai virage fiscal ». Il précise : « On continue à taxer le travail, mais on doit organiser un glissement de la fiscalité vers les gros pollueurs et les grosses fortunes. On sait combiner les enjeux pouvoirs d’achat et climat. On ne doit pas faire de choix, on peut faire les deux. Notre ambition, c’est de relier les gilets jaunes et les gilets jeunes. »

Ce n’est qu’une partie de la solution, mais importante selon lui. « Ce n’est pas normal d’augmenter le prix du ticket de train, et en même temps de laisser faire les gros pollueurs. Ce n’est pas une question de manque d’inspiration, on connaît les solutions, les chemins dans les matières énergétiques. C’est une perte de temps de parler du nucléaire comme De Wever essaye de le faire. Le chemin de l’avenir est clair, c’est vers les énergies renouvelables. »

Jambon se dit candidat Premier ministre, mais il est candidat liquidateur de la Belgique

Les élections fédérales, régionales et européennes se dérouleront le 26 mai prochain. Kristof Calvo, considéré comme le plus jeune député flamand de l’histoire, va tirer la liste pour le fédéral à Anvers face à Jan Jambon. Mais son objectif n’est pas de devenir Premier ministre.

« Je pense que le programme est plus important que les postes. A Anvers, le choix sera clair : Jambon se dit candidat Premier ministre, mais il est candidat liquidateur de la Belgique, il déteste ce pays. En tant qu’écologistes, on aime ce pays, on y croit. Avec Ecolo et Groen on construit des ponts, on cherche des solutions entre le Nord et le Sud. D’autres, organisent le conflit, aiment construire des murs. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK