Kris Peeters:" Le montant à trouver par le gouvernement pourrait être encore plus important"

Kris Peeters à l'entrée du conseil des ministres de ce vendredi matin,
Kris Peeters à l'entrée du conseil des ministres de ce vendredi matin, - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

A l'entrée du conseil des ministres ce matin, Kris Peeters, le vice-premier ministre CD&V, a expliqué que l'effort à fournir par le gouvernement pourrait être plus lourd qu'envisagé. Kris Peeters s'interroge sur le coût conséquent de la politique d'asile et de sécurité. Un coût qui dépasserait le milliard. Et si l'Europe, dit Kris Peeters, décide de ne pas neutraliser ces dépenses exceptionnelles, l'effort du gouvernement s'alourdira encore: "Je m’attends plutôt à ce que les chiffres montent plutôt qu’ils ne baissent. C’est tout l’enjeu des groupes de travail en action. Il y a des discussions sur nos dépenses concernant l’asile et sur la sécurité. Et là, l’attitude de l’Europe sera très importante. Elle examine ces dépenses. Je veux avancer de manière prudence et vraiment éviter tout malentendu sur les chiffres."

Le coût de l'asile pour 2016, c'est 650 millions d'euros. Et encore 600 millions d'euros pour la Défense/Sécurité. De quoi alourdir l'addition finale si l'Europe ne neutralise pas ces dépenses de notre budget. Ce qui ne semble pourtant pas causer de réels soucis à Didier Reynders, le vice-premier ministre MR, ne voit pas les choses ainsi. Pour lui, l'Europe tiendra normalement compte du caractère exceptionnel et particulier du contexte. Et donc, la note n'augmenterait pas.

Hier, déjà, les membres du gouvernement ont rappelé que l'objectif demeurait toujours le même: atteindre l'équilibre budgétaire en 2018. Comme prévu dans l'accord de gouvernement. Pour y parvenir, le gouvernement devra trouver plus de 3 milliards. Si, au contraire, il postposait l'équilibre pour 2019, l'effort se "limiterait" à 2,2 milliards. Un nouveau comité ministériel restreint (kern), où l'on retrouve les principaux ministres du gouvernement, se tiendra à 13H00. Mais pas de fumée blanche à attendre, les discussions ne font que commencer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK