Koen Geens, un homme doté d'un certain humour

Qualifié de "surprise du jour" par la journaliste Kathleen Cools, Koen Geens a répondu très pince-sans-rire "Eh bien ce n'était pas l'objectif ce matin, mais je suis heureux que vous me preniez pour une surprise du jour". L'homme reconnaît que les discussions ont démarré dès lundi soir.

A ses réponses brèves et précises, la présentatrice finit par remarquer qu'il "parle très 'to the point' et doit encore apprendre à parler comme un ministre". "Si vous voulez bien m'apprendre, je le ferai volontiers", répond-t-il. Un peu plus loin d'ailleurs, en réponse à Kathleen Cools, il lui donnera du "Madame la ministre" et lui proposera au passage: "Je peux être plus long, si vous aimez ça"...

Sur le fond, il a rappelé que la responsabilité assumée par son prédécesseur ne constituait en rien une reconnaissance de culpabilité. "C'est la dure loi de la politique", a-t-il dit.

L'ACW, jamais loin du CD&V

Le nouveau ministre des Finances Koen Geens se dit "CD&V convaincu", mais pas membre de l'ACW, le mouvement ouvrier chrétien flamand pour qui le bureau d'avocats au sein duquel il officie a travaillé jusqu'ici. Au cours d'un premier échange avec la presse, mardi soir, celui qui a succédé à Steven Vanackere, démissionnaire, s'est dit honoré de pouvoir être ministre, même s'il eût "préféré le devenir dans d'autres circonstances".

Le bureau d'avocats de Koen Geens, Eubelius, avait l'ACW pour client, même si le nouveau ministre lui-même n'a plus travaillé depuis plusieurs années pour la défense de cette association. Koen Geens a confirmé que son bureau d'avocats ne travaillerait plus pour le mouvement ouvrier chrétien flamand, pas plus qu'il ne le fera pour des affaires en lien avec son département ministériel.

"On doit savoir quelles personnes on veut voir en politique. J'ai 55 ans et je ne représente donc pas une page blanche; dans le passé, j'ai aidé le mouvement, c'est vrai. Mais j'ai aidé beaucoup de mouvements. C'est bien vrai que je ne suis pas membre de l'ACW", a-t-il commenté devant la presse.

"Mais je suis bien membre du CD&V, depuis ma première jeunesse", a-t-il ajouté.

Premier choix du CD&V

Le beau-père de Koen Geens était Jos Dupré, ex-secrétaire d'Etat CVP - formation à l'origine du CD&V - à la fin des années '80 et au début des années '90. Selon le ministre, au sein du CD&V, Stefaan De Clerck, Marianne Thyssen et Kris Peeters sont ses amis.

Koen Geens va consacrer les premières journées de son mandat à étudier ses dossiers. "Un ministre de la Culture a un jour demandé six mois pour apprendre ce qu'est la Culture. J'aurai bien droit à quelques jours", a-t-il commenté.

Selon le président du CD&V Wouter Beke, Koen Geens a été le premier choix de la direction du parti, après l'annonce par Steven Vanackere de sa démission, lundi soir.

RTBF et Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK