Koen Geens: "Le manque de confiance a rendu impossible la suite de ma mission"

Koen Geens a tenu une conférence de presse après avoir été déchargé de sa mission par le Roi. Le ténor du CD&V a expliqué ce qu'il a fait pendant ces deux semaines de mission et ce qui l'a empêché de la poursuivre sereinement. Koen Geens devait en principe remettre son rapport au Roi lundi prochain, le 17 février. Mais les déclarations du jour ont précipité sa fin de mission. 

Une mission dans la discrétion

"J'ai remis au Roi un rapport final sur ma mission royal qu'il m'avait chargé", explique d'emblée Koen Geens. "Le Roi a accepté ma démission et j'aimerais maintenant vous rapporter ce que j'ai fait ces deux dernières semaines".

Koen Geens poursuit en expliquant qu'il a tout fait "pour garantir la discrétion et la confiance de cette mission". A ce propos, "je remercie le Roi et les autres partis pour leur confiance et leur discrétion" ajoute Koen Geens. "Je travaille toujours sur un schéma qui est bien préparé et ce n'est pas parce que la mission n'a duré que deux semaines que nous n'avons pas obtenu des résultats".

"J'ai reçu les présidents de partis pour comprendre les chances d'aboutir et dans quelles perspectives ils pouvaient s'inscrire. Lors de mon rapport au Roi le 10 février, je lui ai fait part d'une note qui serait la base de mon travail la semaine qui suivait. Je comptais terminer ma mission lundi prochain. Mon rapport pour lundi aurait donc été plus détaillé que ce que j'ai pu dire aujourd'hui".

Le PS pointé du doigt

Dans la suite de sa conférence de presse, Koen Geens déclare que "dans cette note, j'ai essayé de parler de tous les éléments essentiels. J'ai eu la garantie des partis qu'ils ne divulgueraient pas l'information. Malheureusement, je n'ai pas pu voir tous les partis cette semaine sur base de cette note et sur les chiffres budgétaires parce qu'un parti s'est montré non favorable à une alliance avec un autre parti, comme vous avez pu l'entendre".

"Je n'ai donc pas pu aboutir car la discrétion et la confiance sont tellement essentielles, que ce n'était plus possible de continuer après les déclarations de ces derniers jours. Je pensais avoir la confiance des deux plus grands partis mais le manque de confiance a rendu impossible la suite de ma mission". 

"Le PS ne veut pas d'une coalition avec la N-VA. Je le regrette profondément parce que pour la conciliation des deux côtés du pays, la meilleure chose aurait été qu'on contribue à cette formule. Mais j'en prends acte. Je sais avouer un échec". De là à dire qu'on va vers des élections? Pas pour Koen Geens qui assure qu'il fera tout pour éviter un retour aux urnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK