Kim De Gelder n'est pas fou

Kim De Gelder s'est par exemple présenté à sa première victime, Elza Van Raemdonck, comme un employé venant relever les compteurs d'électricité. Il avait aussi soigneusement repéré les habitudes d'Elza et de son mari.

Kim De Gelder affirme depuis son arrestation qu'il entend des voix qui lui ont ordonné de tuer. Le collège de trois experts psychiatres désignés pour l'examiner, y accorde peu de crédit. La manière dont De Gelder s'est introduit chez sa première victime montre une grande préparation. Il savait très bien ce qu'il faisait et est donc responsable de ses actes, estiment-ils. Cela signifie que Kim De Gelder ne serait pas interné mais devrait comparaître devant la cour d'assises.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK