Kamikaze Riders: amoureux de moto, trompe-la mort ou bikers musulmans radicalisés?

Les deux personnes placées mardi sous mandat d'arrêt par le parquet fédéral pour menaces d'attentat et participation aux activités d'un groupe terroriste font partie d'un même club de motards baptisé les Kamikaze Riders. Est-ce un hasard? Et qui sont les membres de ce groupement par ailleurs assez bien connu du monde des deux roues à Bruxelles?

Ils ont leur logo et leurs vidéos tournent sur le net. Ils se filment sur autoroutes à des vitesses élevées mais aussi dans le centre ville. Leur truc, ce sont les acrobaties à moto. En pleine circulation. Leur nom: les Kamikaze Riders

La première personne arrêtée est Saïd Saouti, 30 ans, le chef du groupe de motards. Il est considéré comme le dirigeant et le recruteur de candidats terroristes. Il a précédemment été condamné pour vol avec armes et est connu comme étant un prêcheur radical. Mohamed Karay, 27 ans, était lui "simple" membre des Kamikaze Riders. Il a été arrêté pour menaces d'attentats et participation aux activités d'un groupe terroriste. La raisons pour lesquelles les "Kamikaze Riders" sont dans le viseur du juge chargé de l'enquête est que le fondateur du club était le frère de deux individus ayant séjourné en Syrie et cités dans le dossier du groupuscule islamiste Sharia4Belgium.

On le sait, les deux membres du club de motards sont soupçonnés d'avoir préparé des attentats à Bruxelles pendant les fêtes de fin d'année, mais ne seraient en revanche pas concernés par les attentats de Paris du 13 novembre.

Les motards : une famille de passionnés de toutes confessions? ...

Suite à la publicité bien involontaire faite au club des Kamikaze Riders, l’un de ses membres a confié à l’agence Belga combien il déplore que les médias salissent le nom de son club. Ce n’est, selon lui, ni un gang, ni un groupe terroriste. Il faudrait plutôt y voir une famille partageant la même passion: "Le club des Kamikaze Riders, existe depuis une quinzaine d'années. Sa centaine de membres, présents dans toute la Belgique, sont de toutes origines et confessions, pas spécifiquement de religion musulmane. C'est une famille qui aime se retrouver autour de sa passion commune, la moto. Cela me fait mal au cœur de voir le nom de ce club sali par les médias. Ce n'est pas parce que quelqu'un fait une bêtise, que les autres doivent en pâtir", a indiqué Ludovic Ansel, membre des Kamikaze Riders depuis 10 ans. "Je connais Mohamed Karay et Saïd Souati depuis des années, et suis surpris par leur arrestation. Tous deux étaient certes à fond dans leur religion mais ils n'ont jamais eu de geste ou de parole extrémiste. Je n'ai jamais été témoin de propagande islamiste de leur part", a-t-il conclu.

... Ou un club de voyous ?

Steve Coeymans, médiatique coordinateur de l’association " Motard Libre Et Responsable " (ADDRM) porte un regard extérieur sur ce club qu’il lui arrive de croiser: " Je demande d'arrêter de faire des amalgames et de dénommer 'motards' une bande de criminelles qui se servent de la moto pour leurs différents méfaits ". Selon lui, les Kamikaze Riders se font surtout connaître par leur spécialisation dans le 'stunt' (des acrobaties en tout genre). Mais alors que les motards pratiquent ces figures souvent spectaculaires sur des sites privés, les Kamikaze Riders le font sur la voie publique, jusque dans les tunnels bruxellois de la petite ceinture.

Pour Steve Coeymans, ils sont sympas mais dangereux sur la route: " ils sont connus et doués, mais ils risquent leur peau et mettent les autres usagers en danger." Ceux qui ont croisé les Kamikaze Riders ne les considèrent pas comme des terroristes en puissance, mais comme des jeunes en mal de sensations. D’où leur nom.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK