Décès de Jürgen Conings: selon le Parquet fédéral, l'autopsie devrait confirmer l'hypothèse de suicide par arme à feu. La compagne de l'homme a été interrogée comme suspecte ce samedi

Ce dimanche, le corps sans vie d’un individu de sexe masculin a été retrouvé dans les bois de la commune de Dilsen-Stokkem (Limbourg). En début de soirée, Ann Lukowiak, du Parquet fédéral a confirmé qu’il s’agissait bien de Jürgen Conings. Vers 21 heures, le Parquet affirmait également que l'autopsie qui sera pratiquée dimanche soir et lundi matin devrait confirmer l'hypothèse du suicide par arme à feu.

D'après les résultats du laboratoire et du médecin légiste, la dépouille serait bien celle du militaire. On ignore depuis combien de temps le corps gisait dans cette zone boisée. Le cadavre sera déplacé dimanche soir, précise le parquet fédéral. 

"Nous communiquerons lundi après-midi dès que tous les résultats du laboratoire seront disponibles. C'est un drame humain", a déclaré le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw.

La compagne de Jürgen Conings avait été interpellée et interrogée, samedi, en tant que suspecte dans le cadre de la disparition du militaire, a déclaré son avocat au micro de VTM Nieuws confirmant une information du Belang van Limburg parue dimanche après-midi.

"Je regrette que des informations aient filtré à ce sujet. Et je veux être très clair sur un point : ma cliente n'a rien à voir avec ces faits", a insisté l'avocat. D'après lui, les inspecteurs soupçonnaient la petite amie de Jürgen d'être toujours en contact avec son compagnon. "Mais en fin de compte, elle n'a jamais été officiellement suspectée."

L'avocat veut maintenant qu'on laisse sa cliente tranquille. "Elle a traversé une période très difficile ces dernières semaines. Elle a vraiment vécu l'enfer. Cette dame n'a donc rien à voir avec les idées ou les projets de Jürgen Conings", a-t-il déclaré. "Je peux vous dire qu'elle se posait au moins autant de questions que la police."

Un fusil anti-émeute à côté de la dépouille

Désormais, le Service d'enlèvement et de destruction d'engins explosifs (SEDEE), le service de déminage de l'armée, et une équipe d'intervention de la Croix-Rouge flamande ont quitté le bois de Dilsen. Un corbillard transportant le corps de Jürgen Conings a quitté le bois de Dilsen vers 22 heures, a indiqué la police.

La police continue de tenir à distance une trentaine de curieux, dont une vingtaine de journalistes belges, allemands et néerlandais. 

Selon les informations disponibles, un fusil anti-émeute se trouvait à côté de la dépouille, de même qu'une arme de poing 5.7, une hache et un canif. Le corps était déjà dans un état de décomposition avancé. Jürgen Conings a été retrouvé à quelques kilomètres de l'emplacement de son Audi Q5 et de l'endroit où un sac à dos militaire contenant des provisions, des munitions et des médicaments a été retrouvé plus tard.

Il a été retrouvé dans une zone située à 150 mètres en dehors de la zone précédemment fouillée. On ne sait pas encore depuis combien de temps le corps était là, notamment en raison des chaleurs de la semaine dernière.

Plus tôt dans l’après-midi, le Parquet fédéral avait déjà laissé entendre que, selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait de Jürgen Conings, disparu depuis le 17 mai. C’est donc à présent confirmé.

Selon le communiqué diffusé par le Parquet fédéral, "la cause de la mort est probablement, selon les premières constatations, imputable à un suicide par arme à feu, mais cette cause devra être établie lors d’une expertise médico-légale à venir".

Dans son communiqué, le Parquet fédéral avait ajouté qu’aucune autre information ne sera communiquée pour l’instant. "Il est demandé aux médias de respecter l’intimité de la famille du disparu" avait communiqué le Parquet fédéral, promettant un nouveau point sur la situation en fin de journée en collaboration "avec le centre de crise".

Plusieurs médias du nord du pays avaient lancé l’alerte avant que le Parquet fédéral ne confirme l’information.


►►► Découverte du corps de Jürgen Conings : la menace va être réévaluée, selon Vincent Van Quickenborne


 

Découvert par le bourgmestre de Maaseik et par un chasseur en balade

3 images
C’est Leonard "Nard" Houben, chasseur qui se promenait à vélo dans le Dilserbos, qui a repéré l’odeur du cadavre de Jürgen Conings et a permis aux policiers de trouver le corps du militaire. © Tous droits réservés

Selon la VRT, c’est le bourgmestre de Maaseik, Johan Tollenaere (Open Vld- qui a découvert le corps du militaire. "Ce matin, pendant ma balade en VTT à un endroit où peu de gens viennent, j’ai senti une forte odeur de cadavre", a expliqué Johan Tollenaere à la VRT.

"J’ai pensé immédiatement à Jürgen Conings et j’ai prévenu la police", a ajouté le bourgmestre. Le bourgmestre, qui a expliqué ne s’être pas rendu près du cadavre, a indiqué aux policiers la zone approximative d’où provenait l’odeur.

Une autre personne, un chasseur, Leonard "Nard" Houben, qui se baladait à vélo ce dimanche matin a, de son côté, déclaré à un journaliste de Belga qu’il avait aussi repéré le cadavre du militaire. Leonard Houben circulait aussi en VTT, ce dimanche matin vers 9h30 lorsqu’il a senti une forte odeur.

En fin de matinée, il est retourné sur place pour vérifier s’il ne s’agissait pas d’une carcasse de gibier. Le chasseur affirme avoir alors trouvé la dépouille de Jürgen Conings près d’un arbre. L’homme était vêtu de noir. Il avait près de lui un riot-gun, une arme de poing, une hache, un canif et des munitions. Selon Leonard Houben, il était difficile de voir la dépouille en raison de la hauteur des fougères.

Leonard "Nard" Houben a alors prévenu la police. Celle-ci lui a demandé de faire une déposition. Leonard Houben a ensuite accompagné deux policiers pour leur indiquer l’endroit exact où se trouvait le corps de Jürgen Conings. "Je suis désolé d’avoir trouvé cette personne en l’état. J’aurais préféré la découvrir vivante et en bonne santé. C’est malheureux pour sa famille", a déclaré Nard Houben.

Le corps de Jürgen Conings a ainsi été retrouvé près du Dilserbos à Dilsen-Stokkem. Il ne s’agit donc pas de la zone où ont été effectuées les premières recherches, pendant une semaine, juste après la disparition du militaire en cavale, a indiqué le gouverneur de la province de Limbourg, Jos Lantmeeters.

A proximité de l’endroit où le corps sans vie de Jürgen Conings a été retrouvé, entre les rues Driepaal et Pannenhuisstraat à Dilsen-Stokkem, des équipes de la police fédérale se trouvaient sur place, ce dimanche après-midi, pour tenir les curieux à distance. Le Service d’enlèvement et de destruction d’engins explosifs (SEDEE) s’est également rendu sur les lieux de la macabre découverte.

"Plus de menace imminente", pour l’OCAM

"Sur base des nouvelles informations disponibles dans l’enquête, il n’y a plus de menace imminente", a réagi l’OCAM. L’OCAM, l''Organe de coordination pour l’analyse de la menace avait relevé le niveau de la menace à "4" alors que Jürgen Conings, soupçonné de vouloir mener un acte terroriste était recherché. "Les évaluations ponctuelles de la menace dans ce dossier expireront lorsque le parquet fédéral confirmera qu’il s’agit bien de Jürgen Conings. Cela sera officiellement déterminé par le médecin légiste", a réagi l’OCAM.

Pour ce qui est des mesures prises, par exemple pour la protection du virologue Marc Van Ranst et de sa famille, l’OCAM renvoie au Centre National de Crise.

Alors que le niveau de menace avait été fixé à "4" localement dans le Limbourg, il était resté à "2" dans le reste du pays, un niveau moyen.

Jürgen Conings avait disparu depuis le 17 mai

3 images
© Tous droits réservés

Jürgen Conings avait disparu le lundi 17 mai. Ce militaire de 46 ans n’était pas rentré chez lui après son travail. Il avait été établi qu’il était parti de la caserne avec des armes de guerre.

Le lendemain, mardi 18 mai, les recherches avaient commencé pour tenter de le retrouver, mobilisant un important dispositif policier et militaire. Dans la soirée, la voiture de Jürgen Conings avait été retrouvée à la lisière du Dilserbos. Quatre roquettes antichars avaient aussi été retrouvées.


►►► Jürgen Conings retrouvé mort : retour sur un mois de recherches et de questionnements


Jürgen Conings avait laissé une lettre d’adieu dans laquelle il menaçait, notamment, des virologues, l’armée et le gouvernement. Le virologue Mar Van Ranst avait, suite à ces menaces, était placé sous surveillance en lieu sûr. La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder avait aussi bénéficié d’une protection accrue. Il a été établi que Jürgen Conings avait des contacts avec l’extrême droite et qu’il était fiché par l’OCAM comme danger potentiel.

Les importantes opérations de recherche et de fouille menées dans le Parc National de Haute Campine, où le fugitif était supposé s’être caché n’avaient rien donné. A part la voiture du militaire et un sac à dos humide contenant des munitions, les recherches n’avaient, jusqu’à ce jour, rien donné.

Le Parquet fédéral, qui coordonne le dossier avait désigné un juge d’instruction. Jürgen Conings était recherché pour "tentative de meurtre et détention illégale d’armes dans un contexte terroriste".

Les autorités politiques locales sont soulagées

Pour la bourgmestre de Dilsen-Stokkem, Sofie Vandeweerd (Open Vld), le fait qu’on ait retrouvé Jürgen Conings est "un soulagement". "C’est bien qu’après près de cinq semaines, il y ait une fin à cette situation", a-t-elle déclaré. Pour elle, c’est un "soulagement" parce que les recherches ont nécessité un travail "intensif", pas seulement de la police fédérale. Et cela "commençait à peser sur les effectifs de nos propres forces de police". Cependant, poursuit la bourgmestre, "d’un autre côté, c’est dommage pour sa petite amie et ses enfants". Elle regrette que l’information ait été vite diffusée dans la presse sans qu’elle ait pu être communiquée en priorité à la famille.

Le bourgmestre de Maasmechelen, Raf Terwingen (CD&V) a aussi réagi. Pour lui, "C’est bien qu’il y ait maintenant des certitudes dans toute cette histoire et que tous les efforts déployés pour le retrouver puissent être stoppés".

Dans la foulée, la Ministre Ludivine Dedonder a également réagi. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK