Jürgen Conings : des balises placées par la ministre Dedonder pour engager des réformes avec les syndicats

Assurer un meilleur suivi des militaires (screening) tout au long de la carrière, écarter les cas les plus préoccupants en réformant le règlement de discipline des militaires. Ces questions ont été discutées entre la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et les syndicats. Sans surprise, le contexte fait que personne ne s’oppose à l’idée de revoir ce statut disciplinaire des militaires de manière à pouvoir agir efficacement sans attendre d’en arriver à des extrémités comme celles que l’on connaît en ce moment.

Un juste équilibre pour préserver les droits de chacun

Mais dans le même temps, la préoccupation est de trouver un juste équilibre préservant les droits de chacun. Pour Tony Bargibant, de la CGSP-militaire, revoir le règlement de discipline ne pose pas de problème de principe mais tout est affaire de proportionnalité : "chaque cas est différent et il faut veiller à ne pas bafouer les droits d’un militaire qui est aussi un citoyen belge. On parle actuellement d’une personne, allons même plus loin car 11 personnes sont écartées mais nous sommes 25.000 militaires à la Défense".

Des signaux à donner pour éviter d’en arriver à des situations extrêmes

Même réaction du côté du syndical libéral où pour Dimitri Modaert le règlement peut être revu mais pas uniquement pour être plus strict : " à la limite, le but est d’avoir une approche "crescendo" où l’objectif est de donner des signaux aussi bien du côté de l’organisation que du côté du militaire pour éviter d’en arriver à des situations comme celle qu’on vit actuellement, tout en sachant que le règlement à la Défense est déjà très particulier en raison de la spécificité militaire".

Concernant le "screening", le suivi des militaires tout au long de la carrière, tous s’accordent aussi pour dire qu’il est indispensable tout au long de la carrière. Pour Dimitri Modaert c’est assez logique au vu du parcours d’un militaire : " il est certain qu’un jeune militaire à l’engagement n’est plus le même à 35 ans par rapport à ce qu’il a vécu. Et certainement pour l’accès à des zones sensibles comme des dépôts d’armement, des magasins de munitions, tous doivent être sujets à des habilitations de sécurité".

Affaire Jürgen Conings, les failles du renseignement: JT 26/05/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK