John Crombez, président du sp.a: "L'affaire du Samusocial a eu des effets sur nous"

Le président du sp.a John Crombez était l’invité de Matin Première ce mercredi. Si les relations avec le PS francophone sont encore tendues, il estime que le PS a donné "une partie de la réponse" en prenant des mesures de bonne gouvernance le week-end dernier. Pour John Crombez, l’ensemble des partis doivent aller plus loin pour "changer le système".

Le président du sp.a l’avoue volontiers, les relations entre les socialistes du nord et du sud du pays sont encore "tendues". Mais d’après lui, les différentes affaires ont donné "des tensions dans toutes les directions".  

Il ne faut pas attendre les scandales pour modifier les règles

C’est dans ce contexte que le PS a pris des mesures pour limiter le cumul des mandats. Sans aller jusqu’au décumul intégral, les socialistes wallons ont décidé que les bourgmestres et échevins des villes de plus de 50 000 habitants ne pourraient plus cumuler avec un poste de parlementaire.

"C’est une partie de la réponse, je suis déjà content qu’ils sont en train de le faire", réagit John Crombez qui rappelle que le sp.a a déjà pris des mesures de ce type au moment où il en a pris la tête en 2015.

"Nous avons directement changé les règles à ce niveau-là en interne, explique le socialiste. Il ne faut pas attendre les scandales pour modifier cela. On a décidé que, parmi ceux qui occupaient les trois premières places sur les listes, il fallait quelqu’un de nouveau, qui n’a pas encore été élu avant. Il y a un plafond sur les salaires, une diminution du nombre de mandats par mandataire et une obligation de transparence. Tout cela est parti du constat que la politique devait changer, et on l’a fait chez nous."

Mais est-ce que les modifications des règles de bonne gouvernance dans chaque parti vont permettre de rétablir la confiance avec les citoyens ? Pas uniquement, estime John Crombez qui défend un changement de système.

"À la chambre, ils ont pris quelques mesures mais ce n’est pas ça qui va faire changer la politique, estime le président socialiste. Les autres partis ne sont pas là pour vraiment changer le système. Pour moi, c’est une nécessité, on ne peut pas continuer comme ça".

Si ce n'est pas suivi, c'est dehors ! C'est aussi simple que ça

Pour changer le système, John Crombez veut fixer des règles claires : "Fixer un montant maximum de rémunérations, moins de mandats, moins de politiciens, moins de ministres, des plus petits gouvernements, moins de parlementaires et moins de cabinets". Et si les règles ne sont pas suivies? "C’est dehors, c’est aussi simple que ça".

Dans un récent sondage, le sp.a a perdu des plumes et se place derrière Groen. Y a-t-il eu un effet Samusocial sur le parti socialiste flamand ?

"On a eu des dommages, ça c’est clair, répond John Crombez. C’est souvent présenté comme 'les socialistes' comme si c’était exactement la même chose en Flandre et en Wallonie, ce n’est pas le cas. En 2007, le PS était dans le gouvernement, nous ne l’étions pas. Ce sont vraiment deux partis différents avec des décisions différentes, des points d’opinions différents. Mais le cas du Samusocial a eu des effets sur nous".

De là à parler de crise au sein du s.pa ? "On n’est pas en crise car on a vraiment modifié le parti. Au-delà du changement de règles, on a aussi modifié les personnes, nous sommes en pleine transition."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK