Le Crioc pourrait vivre ses dernières heures, selon Johan Vande Lanotte

Le Crioc pourait vivre ses dernières heures, selon Johan Vande lanotte
Le Crioc pourait vivre ses dernières heures, selon Johan Vande lanotte - © Tous droits réservés

La fermeture du Crioc serait envisagée par le ministre en charge de la protection des consommateurs, Johan Vande Lanotte. Récemment des audits avaient critiqué la gestion de l’organisme et son directeur, Marc Vandercammen, qui dans ces rapports était lavé des accusations les plus lourdes, avait tout de même été limogé par le Conseil d’Administration.

Aujourd’hui le ministre fédéral en charge de la protection des consommateurs, Johan Vande Lanotte envisage une réforme qui pourrait conduire à la disparition du Crioc.

La qualité des études réalisées par le Crioc avait notamment été mise en cause. Les audits critiquaient la méthodologie mais avaient conclu qu’il n’y avait pas de fraude intentionnelle. Si le Crioc subsiste, en tout état de cause il ne pourra plus mener d’études scientifiques, a dit Johan Vande Lanotte interrogé sur le sujet à la Chambre.

Le Crioc a visé trop haut, il a voulu publier trop d’études et a mené trop de recherches. La qualité en a souffert, a estimé le ministre. Johan Vande Lanotte souhaite la création d’un nouvel Institut fédéral du consommateur qui pourrait éventuellement reprendre les missions du Crioc, mais ça n’a pas encore été décidé.

Le ministre attend encore les résultats d’un nouvel audit sur le Crioc, commandé à KPMG, avant de prendre des décisions. Cela n’interviendra en tout cas pas avant les vacances. D’ici là, il ne souhaite pas faire davantage de déclarations. Fondation d’utilité publique, créé en 1975, le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de Consommateurs dispose d’un budget de 1,7 millions d’euros. Il emploie actuellement 35 personnes en plus des collaborateurs extérieurs.

David Riffont

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK