Joëlle Milquet veut une coopération policière pour traquer les dockers

"Des mesures fermes doivent être prises notamment à partir de la Ville et la police d'Anvers pour les empêcher d'arriver à Bruxelles et de rejoindre des manifestations pacifiques", affirme l'ancienne ministre de l'Intérieur. Elle demande également que la cellule d'enquête judiciaire, créée afin d'identifier les casseurs avec le parquet de Bruxelles, soit pleinement activée en liaison avec les services fédéraux et ceux de la police d'Anvers et de Bruxelles. Elle appelle en outre à ce que la zone de Bruxelles se constitue partie civile pour les blessures infligées à la police et les dégâts constatés. Au passage, elle critique le bourgmestre Yvan Mayeur qui n'a, selon elle, pas joué son rôle.

Elle "s'étonne d'entendre le bourgmestre de Bruxelles estimer soudainement qu'il n'a pas de rôle direct en matière de responsabilité d'ordre public et de le voir renvoyer peu élégamment les responsabilités sur sa police alors qu'il est le premier responsable de la gestion de l'ordre public sur le territoire de Bruxelles et que, après bientôt deux ans de fonctions, il serait temps de le comprendre enfin". "La fonction de bourgmestre n'est pas qu'une fonction purement politique, c'est une fonction essentielle d'intérêt général en matière de gestion de la sécurité que le bourgmestre doit désormais prendre plus au sérieux en jouant à fond son rôle de responsable. Il doit en outre mieux prendre en compte la sécurité de ses propres policiers quelles que soient ses options idéologiques", lance-t-elle.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK