Joëlle Milquet: Doel 3 et Tihange 2 resteront à l'arrêt jusque fin 2012

Selon nos informations, il ressort des premières analyses menées sur la cuve du réacteur de Tihange 2 que celle-ci présente des défauts similaires à ceux constatés à Doel 3, qui ont justifié sa mise à l'arrêt.

Mi-août, en raison des suspicions qui pesaient sur les cuves fournies par une entreprise hollandaise aujourd'hui faillie, l'entretien normal du réacteur avait été doublé de mesures particulières d'analyse, afin de vérifier si les microfissures apparues à l'analyse de la cuve de Doel 3 pouvaient également être présentes à Tihange. Selon le directeur de l'agence fédérale de contrôle nucléaire Willy De Roovere, il y avait d'emblée de fortes chances que cela soit le cas.

Dans l'attente d'un rapport définitif

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire attend dans le courant de la semaine prochaine le rapport définitif d'Electrabel sur les défauts constatés à la cuve de Tihange 2. Selon Electrabel, il s'agirait de "défauts dus à l'hydrogène formés à l'intérieur de l'acier lors du forgeage de la cuve, il y a 40 ans".

Les examens et analyses en cours se poursuivront dans les jours qui viennent, indique Electrabel. Les résultats seront présentés aux autorités compétentes qui se prononceront sur le redémarrage de la centrale.

Pas de décision  de redémarrage avant fin 2012

Commentant le suivi des analyses à Doel 3 et Tihange 2, Joëlle Milquet a indiqué qu'elle continuait à privilégier la "transparence", la "vigilance" et la "sécurité".

Elle fera une proposition au gouvernement après qu'auront été rendus l'ensemble des dossiers, avis et analyses d'Electrabel ainsi que de l'agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) et d'experts belges et internationaux.

Il n'y a aucun problème de sécurité des citoyens, a-t-elle assuré, rappelant que Doel 3 et Tihange 2 étaient maintenus à l'arrêt dans l'attente de "résultats complets" et que le combustible nucléaire y avait été déchargé.

"Une autorisation de poursuivre l'exploitation ne pourra, le cas échéant, être donnée que si des arguments convaincants sont fournis et que toutes les conditions de sécurité sont réunies. La décision finale ne pourra intervenir au plus tôt qu'en fin d'année 2012", a-t-elle souligné.

Rappelons que la présence de microfissures dans le métal des cuves des réacteurs n'engendre actuellement aucune fuite.

Greenpeace veut accélérer la sortie du nucléaire

Pour Greenpeace, le gouvernement "ne peut plus perdre de temps et doit préparer la fermeture définitive des réacteurs nucléaires Doel 3 et Tihange 2" et "doit dès à présent prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité d'approvisionnement sans ces réacteurs".

Greenpeace poursuit:  "Il est essentiel de ne pas reporter la décision prise cet été de fermer Doel 1 et Doel 2 en 2015. Le gouvernement doit aller plus loin et revoir sa décision de prolonger de dix ans la durée de vie de Tihange 1, un réacteur qui approche les 40 ans. Tihange 1 fonctionne déjà 7 ans de plus que Doel 3 et même 8 ans de plus que Tihange 2".

T.N.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK