Jobsdeal: "Le gouvernement a été prudent", affirme Sophie Wilmès

Le gouvernement fédéral a-t-il surestimé les effets du jobsdeal sur le plan budgétaire ? La Cour des comptes se montre plutôt critique envers  les mesures prises par le gouvernement en juillet dernier pour combler notamment les métiers en pénurie. Elle cible les lacunes de l'information reçue et l'incertitude des pistes utilisées.

Pour le gouvernement, ce jobsdeal est un bon moyen pour créer 12.500 emplois, avec un salaire médian de 3300 euros bruts. Conséquences : une baisse des dépenses chômage, plus de recettes fiscales et plus de recettes ONSS. 

La Cour des comptes ne dit pas du tout que l'on n'y arrivera pas

Mais pour la Cour des comptes, certains montants avancés par le gouvernement sont trop optimistes, et notamment le salaire médian à 3300 euros. Idem pour les recettes fiscales : pour le gouvernement, elles devraient rapporter 196 millions ; pour la cour des comptes, elles oscilleraient entre 56 et 118 millions. Pour la cour des comptes, donc, ce jobsdeal ne rapportera pas les 500 millions déjà prévus et budgétés par le gouvernement Michel pour 2019.

Sophie Wilmès, la ministre du Budget, veut nuancer les conclusions de la Cour des comptes. "Elle ne dit pas du tout que l'on n'y arrivera pas, précise-t-elle. La ministre estime que le gouvernement a été "prudent" : sur les 145.000 emplois vacants, les mesures vont impacter moins de 10% de la masse globale.

Concernant les recette fiscales, Sophie Wilmès estime que les calculs sont corrects. "Nous aurons l'opportunité de l'expliquer à la Cour des comptes ce mercredi", annonce la ministre.

L'augmentation de pouvoir d'achat net compense largement l'augmentation des accises

Sur un autre point, Sophie Wilmès a réagi au mouvement de contestation des Gilets jaunes en France, qui a aussi affecté la Belgique. "La situation n'est pas du tout la même, affirme la ministre. Le mouvement n'a pas du tout la même ampleur." Sophie Wilmès estime que la différence vient de l'augmentation du pouvoir d'achat qui a accompagné l'augmentation des accises dans notre pays.

"Cette augmentation de pouvoir d'achat net compense largement l'augmentation des accises", explique la ministre, qui estime que "le gouvernement a fait un choix d'augmenter le pouvoir d'achat, la compétitivité des entreprises pour créer de l'emploi, et on voit que ça marche."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK