Joachim de Belgique testé positif au Covid-19 après un évènement en Espagne

Depuis quelques heures, on parle beaucoup de la Belgique en Andalousie. D’après les informations du journal en ligne "El Confidential", la ville de Cordoue, au cœur de cette région du sud de l’Espagne, a été le théâtre, le 26 mai dernier, d’une fête un peu particulière en ces temps de pandémie de Covid-19.

Joachim de Belgique testé positif au Covid-19

Le journal précise que pas moins de 27 personnes ont participé à cet événement privé destiné à réunir des membres de l’aristocratie dans une villa de Cordoue. Résultat : tous les invités ont dû être mis en quarantaine car un Belge "proche de la famille royale de Belgique" qui participait à cet événement a été testé positif au Covid-19 dans la foulée, selon un document des autorités d’Andalousie (Junta de Andalucía) publié par le journal. Le Palais royal confirme aujourd’hui une partie de l’information. Le palais confirme que le Belge testé positif au Covid-19 est le prince Joachim de Belgique, le fils de la princesse Astrid et du prince Lorenz, neveu du Roi Philippe. Le palais précise qu’il arrivait de Belgique où il a passé les deux derniers mois en confinement. Le prince s’était rendu en Espagne le 24 mai d’abord "pour un déplacement professionnel dans le cadre d’un stage dans une entreprise" avant de participer à "une réunion de famille" le 26 mai.

Une grande "fête" ou une petite "réunion de famille" ?

Selon le Palais royal, le prince participait donc à une "réunion de famille". Les réunions de famille avec moins de 15 participants ont été autorisées après le 25 mai en Espagne. Or l’événement pointé du doigt a eu lieu le 26 mai. Le document officiel des autorités locales relayé par la presse espagnole évoque lui "une fête avec 27 personnes". Il reste donc plusieurs inconnues. Où le prince Joachim de Belgique a-t-il contracté le Covid-19 ? En Espagne, en Belgique ou ailleurs ? S’agissait-il d’une "fête" avec 27 personnes ou d’une simple "réunion de famille" dans un cadre tout à fait légal ?

"Cela m’indigne que certaines personnes puissent se conduire de cette façon"

Les autorités d’Andalousie ont en tout cas décidé d’enquêter pour faire la lumière sur ces faits. Devant les chaînes de télévision espagnoles ce samedi, la déléguée adjointe du gouvernement à Cordoue, Rafalela Valenzuela Jiménez, n’a pas caché sa colère : "Cela me surprend et cela m’indigne en même temps que certaines personnes puissent se conduire de cette façon. Nous connaissons la capacité de multiplication de ce virus, nous savons comment une personne positive peut en contaminer beaucoup d’autres. Je réprouve donc fermement ce qui s’est passé, parce qu’ici à Cordoue, tout le monde s’est montré exemplaire lors du confinement."

Dans les colonnes du journal espagnol El Pais, elle ajoute : "C’est impardonnable. La police enquête non seulement pour savoir si des règles liées au confinement ont été contournées, mais aussi pour savoir si d’autres règles ont été enfreintes, celles liées à l’état d’alerte dans lequel le pays se trouve toujours. Le virus est toujours là."