JO : la Belgique mêle pragmatisme et sévérité

RTBF
RTBF - © RTBF

La Chambre examinait jeudi après-midi une résolution relative à la situation en Chine, et aux recommandations que le Parlement souhaite adresser au gouvernement belge à ce propos. Ce texte a fait l'objet de débats tendus ces dernières semaines, notamment lors de l'audition de l'Ambassadrice de la république populaire de Chine. Au final, le texte est un savant mélange de pragmatisme et de sévérité.

La résolution élargit la problématique à l'ensemble des droits de l'Homme en Chine, et donc pas à la seule question tibétaine. L'un de ses artisans, Xavier Baeselen, MR, affirme qu'elle représente un acte de courage politique "Les intérêts économiques font qu'il n'est pas toujours facile de prendre des positions par rapport à des pays avec lesquels nous avons ces intérêts économiques. Mais il faut pouvoir le faire quand la situation est grave () encore aujourdhui  en Chine, la situation des droits de l'Homme est grave".

Le texte se veut équilibrer, mais, pour le CDH Georges Dallemagne, il n'est cependant pas chèvre-choutiste : nous avons voulu que cette résolution soit entendue par la Chine, pas simplement que la Chine l'a rejette brutalement du revers de la main. Donc nous avons voulu que le message soit clair, mais nuancé".

Mais dans lopposition, Ecolo trouve la démarche beaucoup trop indulgente. Pour Juliette Boulet  il fallait aller plus loin, notamment sur la présence du Dalaï Lama, sur polémique des cyber-attaques, plus loin aussi sur la possibilité d'un boycott de la cérémonie d'ouverture. Il fallait une décision  unilatérale de la Belgique insiste-t-elle.

La résolution confie en effet la décision d'un éventuel boycott de la cérémonie des J.O à une position commune européenne.

Au  Sénat aussi ...

Le Sénat a lui aussi voté une proposition de résolution relative à la situation au Tibet et aux droits de l'homme en Chine. Déposée par Josy Dubié (Ecolo) mais largement cosignée, la proposition a été pesée et sous-pesée, encore jeudi.  Craignant que la version initiale "n'irrite" les autorités chinoises, le chef de groupe de l'Open Vld, Paul Wille, un habitué des missions économiques dans les pays émergents, a déposé une série d'amendements. Ainsi, la "proposition de résolution concernant la situation au Tibet et la répression brutale des manifestations du 10 mars 2008 et des jours suivants" est-elle devenue, plus sobrement, la "proposition de résolution relative à la situation au Tibet et aux droits de l'homme en Chine". Le texte évoque la situation des minorités en Chine mais également la liberté de la presse, demandant la libération d'un certain nombre de prisonniers politiques et condamnant la brève arrestation jeudi d'un journaliste de la VRT. Comme à la Chambre, la résolution évoque la possibilité d'un boycott politique de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques à travers une position commune de l'UE.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Vews
en direct

La Deux

Vews