Jeunes Belges en Syrie: pourquoi Schaerbeek interdit la distribution de repas

Comme nous l’indiquions samedi, l'arrêté pris par le bourgmestre de Schaerbeek a une validité de trois mois. Mais la mesure peut être adaptée,voire levée avant ce terme, si les circonstances le permettent, a précisé dimanche après-midi le bourgmestre Bernard Clerfayt.

L'association visée est "Resto du Tawhid", coordonnée par le Belge converti à l'islam Jean-Louis Denis qui a réagi en affirmant sur sa page Facebook, que l'association poursuivra son action, dans d'autres communes, si nécessaire.

Un moyen de propagande

Mais selon le bourgmestre de Schaerbeek, interrogé dimanche après-midi, les distributions de repas par cette association n'étaient qu'un moyen de propagande. En outre, les informations transmises par la police zonale indiquent que trois associations musulmanes ne sont pas en mesure de dire qu'il n'y a pas d'exploitation radicale de la distribution de repas par leurs soins. Le bourgmestre a enfin précisé qu'il rencontrerait les représentants des associations en début de semaine.

Des conseils locaux du dialogue interculturel et de la citoyenneté

Dimanche, le chef du groupe MR au conseil communal de Schaerbeek, Georges Verzin a proposé de créer, dans les communes concernées par la diversité culturelle, des conseils du dialogue interculturel et de la citoyenneté. La proposition est selon lui "exportable" partout où c'est nécessaire. Elle est appuyée selon lui par la présidence du MR.

"Au-delà de réponses à apporter par les autorités fédérales en termes de démantèlement de filières de recrutement mises en place par des islamistes radicaux, d'un suivi judiciaire de ceux qui reviendraient au pays, et d'un meilleur contrôle dans les aéroports, nous devons apporter une réponse structurée aux jeunes en quête de repères", a expliqué le chef du groupe MR à l'agence Belga.

Pour Georges Verzin, les autorités spirituelles et morales locales des différentes confessions ne peuvent répercuter sur leurs fidèles dont de nombreux de jeunes ne font pas partie, que des réponses partielles fondées sur leurs propres convictions. De leur côté, les professeurs de religion ou de morale, ne peuvent intervenir que dans leur cadre scolaire, les acteurs de terrain que dans le domaine de l'intégration sociale.

Le MR estime donc qu'il y a urgence, dixit toujours Georges Verzin, à mettre en place dans les communes concernées, un conseil local du dialogue interculturel et de la citoyenneté pour créer les conditions objectives d'une réflexion collective, sous les auspices du bourgmestre et des échevins des cultes, de l'harmonisation sociale et de l'enseignement.

Ce conseil associerait les représentants des cultes reconnus en Belgique et de la laïcité organisée, mais aussi les associations d'intégration sociale, les professeurs de religion et de morale des différents établissements scolaires, et des représentants de la section police de la jeunesse de la zone de police.

Il appartiendrait aux différentes composantes de ce conseil d'y réaffirmer leur attachement aux socles de valeurs universelles défini par la déclaration universelle de droits de l'homme et du citoyen des Nations unies, par la déclaration européenne des droits de l'homme, et par la Constitution

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK