Jeudi en Prime : "On voit la lumière au bout du tunnel" pour la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale (PS)

La Vice-Présidente wallonne et Ministre de l’Emploi, de la Formation, de la Santé, de l’Action sociale, de l’Egalité des chances et des Droits des femmes Christie Morreale était l’invitée de "Jeudi en Prime" ce 11 février.

Et la Liégeoise s’est montrée plutôt positive quant à l’avancée de la stratégie de vaccination en Wallonie pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.


A lire aussiStratégie de vaccination en Belgique: les priorités n'ont pas (encore) changé, voici l'ordre des différentes phases


"Chaque pas franchi vers la vaccination est un pas vers la liberté. On voudrait en faire des plus grands, mais on en fait des petits parce qu’on n’a pas énormément de vaccins encore. Fin mars nous aurons des vaccins de manière beaucoup plus massive" a-t-elle déclaré.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus

A lire aussi : Voici la liste des centres de vaccination covid-19 destinés au grand public en Wallonie


 

"Déconfinement prudent"

La ministre wallonne a évoqué jeudi le début d’un "déconfinement prudent" d’ici 15 jours, soit à la date du prochain Comité de concertation programmé le 26 février.

Elle a cité les chiffres des hospitalisations et contaminations, mais aussi la finalisation de la vaccination en maisons de repos. La deuxième dose a été donnée à quasi toutes ces institutions, à l’exception des quelques-unes qui avaient un foyer de covid-19, a-t-elle relevé. "Ça veut dire qu’elles vont être protégées dans 15 jours, on peut alors considérer que les maisons de repos vont vivre un déconfinement prudent".


A lire aussi Coronavirus: cette semaine, la Wallonie aura vacciné 77% du personnel exposé des hôpitaux


"Les Belges ont fait beaucoup d’efforts et l’on sent que la lumière est au bout du tunnel. On va pouvoir doucement lever (les restrictions aux) libertés, mais pas trop vite, car en septembre dernier on a été un peu trop vite dans la dernière étape", a ajouté Christie Morreale.


►►► A lire aussi : Coronavirus : pourquoi recommande-t-on d’injecter deux doses du vaccin ?


Le Comité de concertation du 5 février dernier a déjà annoncé la réouverture des salons de coiffure pour ce samedi 13 février et ouvert des perspectives pour d’autres métiers non-médicaux de contacts pour le 1er mars. Mais il a aussi prolongé les restrictions prévues dans l’arrêté du 28 octobre 2020 jusqu’au 1er avril 2021, dans un souci de sécurité juridique au-delà du 1er mars. "Cette prolongation n’exclut pas pour autant des décisions ou modifications dans l’intervalle", avait indiqué le "Codeco".

Mercredi soir, le Premier ministre Alexander De Croo a indiqué que le relâchement des mesures sanitaires se ferait "étape par étape", et sans doute par secteur, répétant que la situation épidémiologique en Belgique était relativement bonne par rapport à celle qui prévaut dans d’autres pays européens.

Alexander De Croo s'exprimait au sujet de la réouverture du monde culturel ("A votre Avis" de ce 10/02)

En ce sui concerne la vaccination du reste de la population, ce sera bientôt au tour des 65 ans et plus. La ministre, interrogée par Nathalie Maleux et François De Brigode, a rappelé que les personnes recevront une convocation. Pour le vaccin, il n'y aura pas de choix possible. Ce sera soit Pfizer, soit Moderna (un seul produit par centre de vaccination). En ce qui concerne celui d'AstraZeneca, pour le moment il est conseillé pour les 18-55 ans. Mais la position du gouvernement pourrait évoluer d'ici les prochains mois, suivant les nouvelles études qui pourraient arriver quand à son action sur les plus e 55 ans

Couvre-feu

Le couvre-feu jusque 22h en Wallonie a été confirmé jusqu’au 1er mars.


A lire aussi : Coronavirus en Belgique : pourquoi un couvre-feu ? L’exemple français


"On est à la fin d’un processus. On a pris 15 jours. 1er mars. C’est peut-être la dernière des étapes avant un déconfinement. On va pouvoir peut-être doucement ouvrir les digues. Mais notre responsabilité, c’est de sortir de cette crise sanitaire en douceur, pour éviter un pic" précise la ministre.

On va pouvoir peut-être doucement ouvrir les digues. Mais notre responsabilité, c’est de sortir de cette crise sanitaire en douceur, pour éviter un pic

Affaires liégeoises

La ministre est aussi revenue sur les affaires qui secouent pour le moment le landerneau économique et politique liégeois.

Liège Airport : Luc Partoune, le patron de l’aéroport de Liège, a été débarqué en ce début de semaine par le conseil d’administration. "Le CA avait des éléments qui conduisaient à le licencier pour faute grave" a déclaré Christie Morreale, qui a précisé que la région wallonne allait se porter partie civile.

Et la ministre wallonne de l’Emploi revenir sur la succès story de l’aéroport wallon. "On doit la reconnaître. Et il n’y a pas de raison que cette affaire ait un impact sur le développement de l’aéroport" a-t-elle déclaré, précisant que le nouveau management sera surveillé de près.


A lire aussi : Liège Airport : sur la piste de Luc Partoune, aux commandes de Bierset depuis plus de 25 ans

A lire aussi : Liege Airport : un rapport accablant pointe la gestion de l’aéroport


Nethys : "On (les autorités politiques wallonnes, ndlr) a levé la chappe de plomb qui couvait sur l’entreprise, maintenant il faut laisser la justice faire son travail" dit Christie Morreale, soulignant le "travail courageux" qui a été fait.


A lire aussi : Dossier Nethys : Stéphane Moreau est remis en liberté sous conditions

A lire aussi : Justice : Stéphane Moreau, libéré sous conditions, a quitté la prison de Marche-en-Famenne (photos et vidéo)


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK