Jean-Pierre Lutgen: "Cette élection sera un test pour Bastogne"

Cela a été officiellement confirmé par le principal intéressé hier : Jean-Pierre Lutgen, CEO de Ice Watch, se lance dans la bataille pour les élections communales du 14 octobre à Bastogne, comme la RTBF l’annonçait samedi dernier. Son principal adversaire n’est autre que son frère, Benoît Lutgen, bourgmestre, président du cdH et député.

La bataille des Ardennes est lancée

Quelles sont les motivations de l’homme d’affaires ardennais ? "Ce n’est pas une bataille contre mon frère, c’est une bataille pour Bastogne et ses villages, j’ai 24 colistiers, j’ai des projets", lance-t-il.

Parlons-en des projets : "Il s’agit d’abord de la façon de gérer une commune. Quand vous avez une majorité absolue, il y a des tendances politiques qui ne sont plus représentées. Socialistes, écologistes devraient avoir le droit à la parole." Benoît Lutgen et sa majorité détiennent 17 sièges sur 24 au conseil communal de Bastogne. Pour le frère Jean-Pierre, il s’agit de "donner la possibilité aux Bastognards d’avoir un réel choix".

Pour défaire la liste du bourgmestre, Jean-Pierre Lutgen mène une liste de "Citoyens positifs", un cartel de quatre partis – MR, PS, ECOLO et Défi ("On n’est pas suffisamment outillé donc on a fait appel à tous les partis politiques, le cdH a préféré faire cavalier seul."). Jean-Pierre Lutgen insiste sur la démarche citoyenne : "Ce sera un test à Bastogne pour savoir si les Bastognards ont envie de gens hors du sérail [politique]."

Une arrivée en politique tumultueuse 

Jean-Pierre Lutgen revendique "une liberté totale" : "Dans mon actionnariat, je n’ai pas de participation publique. Donc mon action est complètement libre. Ça peut être un frein ou un levier." Selon lui, son arrivée en politique "gêne beaucoup, en tout cas". Mais il a aussi déclaré : "Je tends la main à mon frère, c’est plutôt moi qui ai subi les problèmes."

C’est vrai que des problèmes, il en a, étant toujours inculpé dans un litige urbanistique, une affaire de pavés sur la place de Bastogne pour laquelle il avait fait appel : "À la demande de Défi, nous allons retirer ces 200 m² de pavés, le problème sera résolu et les poursuites automatiquement levées." Est-ce cela que Jean-Pierre Lutgen appelle le renouveau politique? " C’est moi qui subis ! ", se plaint-il.

Doux mensonge ? 

Le patron d'Ice-Watch a aussi déclaré que, vu sa décision d'aller en appel, la procédure vis-à-vis de l'échevin cdH Philippe Collignon était aussi pendante : "Il est inculpé au même titre que moi. Je peux vous montrer les documents juridiques." 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK