Jean-Marc Nollet sur Nethys/Voo: "Stephane Moreau et toute sa clique doivent partir"

Nouveau volet dans la saga Publifin-Nethys. Selon le journal le Soir, Nethys aurait vendu le télédistributeur VOO au fonds d’investissement américain Providence en mai dernier, et ce, sans rien en dire à la maison mère Enodia (anciennement Publifin). Pour Jean-Marc Nollet, coprésident d’Ecolo, ce nouveau rebondissement ne fait que renforcer ses convictions : Stéphane Moreau doit partir.

"Combien de temps cela va-t-il durer ? " Au micro du Grand Oral, Jean-Marc Nollet s’indigne. " Tant que les personnes aux responsabilités actuellement restent là, il n’y aura pas de solution " pour le coprésident des Verts, il est plus que temps que les recommandations de la commission d’enquête sur Publifin soient appliquées. "Raison pour laquelle, dans l’accord de gouvernement, il y a une décision très claire : si dans maximum 6 mois, l’ensemble des recommandations de la commission d’enquête ne sont pas mises en exécution, dont celle dont on parle ici, il y aura l’envoi d’un commissaire spécial ", Il va donc y avoir rapidement une enquête sur la situation de la part du nouveau ministre compétent, et puis il y aura la possibilité d’envoyer un commissaire spécial endéans les six mois, explique Jean-Marc Nollet.

C’est très clair: Moreau et toute sa clique doivent partir "

Jean-Marc Nollet appelle aussi les politiques liégeois à agir : Le deal entre Nethys et le fonds d’investissement Providence se serait fait dans le dos des communes or, "elles souffrent de tous ses problèmes", dit-il. " Elles sont actionnaires mais elles n’ont pas été informées de ce qui se tramait ! C’est quand même très grave, parce que c’est l’argent des citoyens derrière ça, c’est de l’argent public. J’en appelle aux responsables politiques liégeois, il faut qu’ils prennent leurs responsabilités, c’est eux l’actionnaire", conclut le coprésident d’Ecolo.

Jean-Marc Nollet était interrogé par Bertrand Henne, Béatrice Delvaux et Jean-Pierre Jacqmin dans "Le Grand Oral".

Au centre de l’entretien également : le casting et l’accord du nouveau gouvernement wallon, l’importance du climat et de l’environnement dans celui-ci, ainsi que le positionnement d’Ecolo.

Il a dit…

Sur les objectifs en matière climatique dans l’accord de gouvernement (diminution de 55% des émissions de CO2 d’ici à 2030) : "C’est possible de le faire, moyennant des changements et des investissements. Mais non seulement c’est possible, non seulement c’est nécessaire, mais en plus ce sera utile, notamment à la création d’emplois et de bien-être."

Sur l’impact de ce cap climatique sur les entreprises : "Sur le respect du climat, au plus les entreprises attendent, au plus elles perdront en compétitivité. Ce changement de cap est une aussi opportunité pour relocaliser l’emploi chez nous."

Sur le refus d’Ecolo de discuter avec la N-VA au fédéral : "On peut parler avec la N-VA, mais, par contre, former un gouvernement sur base de leur programme et de ce qu’ils ont mis sur la table lors des élections ça n’avait pas de sens, ça aurait été une perte de temps. Nous ne fuyons pas nos responsabilités, mais nous pensons qu’il y a une alternative."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK