Jean-Marc Nollet: "La situation actuelle est liée au manque de fermeté du Premier ministre"

C'est une vraie crise politique qui s'installe au gouvernement fédéral, la suédoise est "en état de mort cérébrale". En cause, le pacte de l'ONU sur la migration que la N-VA refuse de signer alors que le Premier ministre, Charles Michel, maintient qu'il va le faire. Ce dernier, en réaction aux événements de mardi, a renvoyé la balle au Parlement. Mais comment a réagi l'opposition à cette déclaration ?


>>> Le pacte de l'ONU sur les migrations: c'est quoi?


Invités dans Matin Première mercredi matin, le président du cdH Benoît Lutgen & le coprésident d'Ecolo, Jean-Marc Nollet ont réagi à cette déclaration

Rester dans un gouvernement avec une formation politique comme celle-là ça pose gravement question

"On est dans une tragi-comédie", selon Benoit Lutgen. "Ce pacte c’est un engagement international, certes non contraignant, qui est important pour la Belgique. C'est plus qu'un exercice de musculation entre différents partenaires de la majorité."

Le parti est prêt à aider le Premier ministre à sortir de cette impasse, "à partir du moment où il y aurait des modifications très importantes en matière de soins de santé, de danger climatique, de pension." "Il y a énormément de dossiers qui touchent au social, aux classes moyennes, qui ont été mis à mal. On est prêt à regarder chaque dossier les uns après les autres. La N-VA a une position qui n'a rien d'étonnante."

Pour le cdH, la barrière a encore une fois été franchie par la N-VA hier avec des visuels repris de l'extrême droite allemande et publiés hier soir sur les réseaux sociaux. "Ils ont retiré en disant qu'ils avaient fait une erreur de communication. Mais c'est plus que ça, ça montre autre chose de la part d'une formation politique qui se dit démocratique. C'est extrêmement grave. Rester dans un gouvernement avec une formation politique comme celle-là ça pose gravement question."

"L’échec du MR et de Charles Michel"

Mais que va-t-il se passer aujourd'hui ? Personne ne le sait. Mais Benoît Lutgen est clair : "Nous voterons ce pacte car il engage notre pays sur le plan international. Le pacte c'est pas, comme certains voudraient le dire, ouvrir les portes et les frontières, c’est refuser l’enfermement des enfants, c’est être très humain dans la politique de la migration, mais en même temps respecter l'ensemble des engagements".

Pour Jean-Marc Nollet, "la situation sonne l'échec du gouvernement. Mais c’est aussi l’échec du MR et de Charles Michel. Son manque de fermeté pendant 4 ans et demi face à la N-VA. Admettez, ce n'est pas le premier coup de la N-VA, mais à chaque fois le MR s'est écrasé. La situation actuelle est liée au manque de fermeté du MR et du Premier".

Pourtant, cette fois-ci, Charles Michel reste fidèle à ses principes Michel et compte bien signer ce pacte. "Il a pris un engagement relaté à la tribune des Nations unies. Si le Parlement peut adopter le pacte, la Belgique pourra dire qu'elle se situe du bon côté de l'histoire. Parce qu'avec la N-VA, pas seulement sur la question de l'immigration, la Belgique a été reléguée du côté des pays qui sont rétrogrades. La Belgique hier encore, sur le climat, est incapable de souscrire au rehaussement des ambitions. Tout cela parce que le MR a renié sa parole. Rappelez-vous, avant les élections, le MR disait 'On n'ira jamais au gouvernement avec la N-VA'". Il a renié sa parole et aujourd'hui il le regrette. Combien de temps il a fallu pour qu’il se rende compte de la vraie nature de la N-VA ! Quatre ans et demi de perdus pour la Belgique. La Belgique se retrouve plus divisée que jamais."

La solution ? "Il faut que le Parlement se positionne aujourd’hui. On ne peut plus reporter le débat. Il faut donner une orientation claire. Ensuite la balle sera du côté de la N-VA. Si elle est logique avec elle-même, elle doit quitter le gouvernement. Il ne faut pas rajouter du chaos au chaos. Nous avons nous une position ferme dans l'opposition mais nous ne voulons pas rajouter du chaos et nous serons donc présents au Parlement avec cette résolution dès aujourd'hui et demain en séance plénière", insiste Jean-Marc Nollet.

Pour le PS, Charles Michel paie la facture d'un désastre qu'il a lui-même créé

Ecolo s'était déjà exprimé dans un communiqué mardi soir et le PS de son côté a annoncé mercredi soutenir le Pacte de la migration, mais pas le Premier ministre.

"Charles Michel demande aujourd'hui à l'opposition de sauver son honneur en le sortant des griffes de la N-VA. Que les choses soient claires : ce que nous soutenons, c'est le Pacte de Marrakech et non un Premier ministre qui s'est affaibli lui-même parce qu'il a fait alliance avec la N-VA", a souligné M. Laaouej.

"Charles Michel paie la facture d'un désastre qu'il a lui-même créé et cela au pire moment, au moment où le pays a besoin de solutions sur le terrain social et climatique", a-t-il ajouté. "Le PS ne veut pas sauver le soldat Michel mais ramener la Belgique dans le camp des démocraties. L'image du pays a été sérieusement abîmée, à l'égard des Nations unies mais aussi parce qu'un parti, membre du gouvernement, a lancé une campagne digne de l'extrême-droite", a-t-il encore dit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK