Jean-Marc Nollet: "Il est temps que le MR ne se montre pas lâche devant la N-VA"

Jean-Marc Nollet, chef de groupe Ecolo à la Chambre, estime que le mouvement réformateur se laisse trop faire par la N-VA, ce qui met à mal les valeurs de l’État de droit.

Il estime qu'au niveau de la politique migratoire le gouvernement fédéral applique le principe de deux poids deux mesures et il remet en question l'appellation "ferme et humaine": "Elle est ferme avec les Soudanais et les Syriens, mais elle est humaine avec les Catalans. Ce que les écologistes demandent, c’est que, ce qui est possible en termes d’accueil humain avec les Catalans le soit également avec ceux qui fuient parce que c’est la guerre ou qu’ils sont torturés."

D'après Jean-Marc Nollet, la Belgique assure un "service minimum" en matière d'accueil des migrants. Il déplore le fait que ce sont les citoyens qui doivent s'occuper des migrants dans le parc Maximilien. "C’est le rôle de l’État d’accueillir et non celui des citoyens. Même s’ils ne demandent pas l’asile, c’est son rôle de leur offrir un logement, de les nourrir et de leur donner toute l’information. Ce que recherche Theo Francken, c’est de les refouler au plus vite.

Il trouve également "inacceptable" que la N-VA souhaite créer des centres d’accueil en dehors de l'Europe: "Ils veulent trouver une manière de contourner les conventions internationales. La Belgique serait parmi les pays qui refuseraient le minimum de dignité. Je ne comprends pourquoi les libéraux continuent à jouer le jeu de Theo Francken."

État et dérives

Selon Jean-Marc Nollet, l’arrestation des journalistes de la RTBF dans le centre de Steenokkerzeel est une preuve supplémentaire de la carence démocratique en Belgique : "Ce qui est choquant, ce sont toutes les dérives de notre État dit "démocratique" : on empêche les recteurs de s’exprimer, les syndicalistes de s’opposer dans certains dossiers, les Soudanais de demander l’asile. On veut enfermer des enfants. Et aujourd’hui, on dit aux journalistes "c’est fini votre métier d’informer"."

Il s’en prend ensuite au Mouvement réformateur: "le MR pense que sa seule solution pour être au gouvernement, c’est de se mettre à genou devant la N-VA. À un moment, les libéraux doivent dire stop et dire que leurs valeurs priment sur leur participation au gouvernement" avant de lancer: "Il est temps que le MR ne se montre pas lâche devant la N-VA".

Énergies renouvelables

L'ancien ministre wallon du Développement durable vient de sortir un livre "Terre, Mer, Soleil" dans lequel il "déconstruit tous les arguments nucléaristes". En décembre 2017, le gouvernement fédéral a acté un accord de sortie du nucléaire. Pourtant, Jean-Marc Nollet sent bien que "le moment charnière se jouera lors de la négociation du futur gouvernement fédéral en 2019. C’est à ce moment-là qu’on va définitivement sceller la sortie du nucléaire."

Selon le chef de groupe Ecolo, la Belgique se classe parmi les pays les plus rétrogrades parce que la "N-VA refuse de prendre en chemin la transition énergétique". Pourtant il est convaincu que les énergies renouvelables sont la solution : "Toutes les études internationales publiées en Europe disent que l’énergie renouvelable est la moins chère et que reporter les échéances coûtera 5 fois plus cher que de prendre aujourd’hui la décision de lancer la Belgique dans la transition énergétique."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK