Jean-Marc Nollet: "L'AFCN a fait primer l'intérêt économique devant la sécurité"

Jean-Marc Nollet, député Ecolo
2 images
Jean-Marc Nollet, député Ecolo - © Archive RTBF

La commission de l’Économie de la Chambre a approuvé mardi peu avant minuit le projet de loi qui encadre la convention conclue entre l’État belge et Electrabel pour la prolongation de Doel 1 et 2. Elle s'est prononcée majorité contre opposition. Le texte doit encore passer le cap de la séance plénière. "Le dossier n’est pas terminé. On n’a pas dit notre dernier mot" déclare le député Ecolo Jean-Marc Nollet. "Beaucoup de questions sont restées sans réponse", dont celles liées à la sécurité et en particulier le fait que ces centrales ne répondent plus aux nouvelles normes sismiques.

"Complicité entre l'AFCN et Electrabel"

Suite à l'accident de Fukushima, les régulateurs européens en matière d'énergie nucléaire ont édicté en septembre 2014 de nouvelles normes selon lesquelles les centrales existantes doivent être capables de résister à un séisme qui correspond à une accélération au sol de 0,1 g. Ces nouvelles règles ne sont pas encore traduites dans le droit belge. "L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), qui a participé à l'élaboration de ces nouvelles normes, était parfaitement consciente que ces dernières seront nécessaires. Mais l'AFCN n'a pas exigé qu'Electrabel effectue ces travaux préalablement au feu vert à la prolongation des centrales. C'est une faute! Il y a eu manifestement une complicité entre l'AFCN et Electrabel pour ne pas imposer des travaux nécessaires pour la sûreté et la sécurité des travailleurs et des riverains de la centrale de Doel" accuse Jean-Marc Nollet.

"L'intérêt économique prime sur la sécurité"

La ministre de l’Énergie Marie-Christine Marghem et Electrabel assurent que si les nouvelles normes sismiques sont transcrites dans le droit belge, les travaux seront effectués. Pour le député Écolo, cela ne change rien au fait que "l'Agence fédérale a fait le choix de faire primer l'intérêt économique et financier d'Electrabel au détriment de la sécurité des citoyens. Plus d'1,5 million d'habitants vivent autour des centrales de Doel". Il insiste pour que le calendrier initial de sortie du nucléaire soit respecté.

Le gouvernement fédéral doit trouver 2,2 milliards d'euros pour respecter la trajectoire budgétaire. "Pour moi il y a un problème des recettes Van Overtveldt (le ministre N-VA des Finances, ndlr) et du gouvernement Charles Michel. Les écarts budgétaires constatés ces derniers jours avaient déjà été signalés il y a quatre ou cinq mois par l'opposition Ecolo en commission parlementaire", souligne Jean-Marc Nollet: "Le retour à l'équilibre budgétaire en 2018 est une illusion".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK