Jean-Marc Nollet, coprésident du parti Ecolo, respecte-t-il la bulle sociale ? "Non"

Ecolo avait jusqu’ici juré qu’il ne se prononcerait pas sur le contenu d’un Comité de concertation avant qu’il n’ait lieu et pourtant, différents ténors du parti ont présenté depuis quelques jours leur scénario de déconfinement. La journée d’aujourd’hui est importante, puisque plusieurs cabinets vont se réunir afin d’établir des protocoles pour différents secteurs.

Respect de la bulle sociale

Dans ce contexte, le coprésident du parti Ecolo, Jean-Marc Nollet a rappelé que depuis le mois de novembre, nous vivons dans une bulle limitée à une personne en plus au sein d’un foyer. La question lui a alors été posée, s’il respectait cette bulle ? Sa réponse est claire : "Non". Et pour être précis, il ajoute ceci : "Au début, oui, je respectais la bulle, mais depuis quelques semaines, je m’autorise à accueillir deux personnes, un couple". Le coprésident des Verts estime que c’est une évolution nécessaire lors du prochain Comité de concertation ce vendredi.


►►► Alexander De Croo: "Le moment où on pourra déconfiner n'est plus très loin, on ne va pas garder cette situation un jour de trop"


Autrement dit, Jean-Marc Nollet ne respecte pas les règles que son parti au sein du gouvernement a fixées ? "Je fais le maximum, mais je suis un être humain et les contacts humains, c’est quelque chose de vital". L’homme considère que la référence à une personne par foyer appliqué depuis le mois de novembre, "c’est quelque chose qui n’est plus tenable". Pour lui, l’explication selon laquelle si la bulle était plus large (5 par exemple), "les gens en accueilleraient 10", "c’est très malsain", parce que selon lui, cela dévaloriserait la loi et la norme. Et par ailleurs, cela décrédibilise le politique et renforce la méfiance.

Infraction

Le coprésident des Verts est-il prêt à payer une amende pour le non-respect de la bulle? À nouveau la réponse est claire : "Oui". Et il poursuit : "On fait le maximum et je pense que c’est le cas de la plupart des Belges. Mais se dire qu’on maintient une règle qui n’a aujourd’hui pas de sens…".

Jean-Marc Nollet rappelle qu’au départ cette règle était nécessaire, mais il estime qu’aujourd’hui il faut pouvoir en sortir et tenir compte du besoin social. "Il y a une souffrance sociale énorme et la réponse à cela doit être un élargissement de la bulle".

Comment interpréter les propos du coprésident du parti Ecolo ? Veut-il marquer une rupture ? Rappelons que le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke a, il y a 2 jours encore, déclaré qu’il n’y aurait pas d’assouplissements à attendre cette semaine.

Jean-Marc Nollet explique que la vaccination pour les plus fragiles progresse. Qu’il y a une meilleure connaissance du virus et du traitement de la maladie Covid-19. Par ailleurs, une partie de la population a maintenant des anticorps. Ce qui lui fait dire que : "La situation n’est plus la même qu’au mois de mars 2020 et il faut en tirer les conséquences. Et donc il faut ouvrir des fenêtres". Et cela concerne aussi le secteur culturel, précise-t-il.

Il faut sortir de cette infantilisation

Jean-Marc Nollet est-il en train de dire aux Belges qu’il y a des règles absurdes et qu’il ne faut plus les respecter ? Selon lui : "Les règles deviennent absurdes à partir du moment où tout le monde constate qu’elles ne sont pas respectées, mais qu’on ne les fait pas évoluer parce qu’on dit 'oui, mais si on dit que la bulle intérieure devient 5, les gens feront 10'. Non. Je suis désolé, il faut sortir de cette infantilisation".

Pour conclure, le coprésident des Verts explique que la question des libertés est fondamentale, même si elles doivent être encadrées. "Mais à un moment, il y a des limites". L’homme estime que l’on doit pouvoir sortir de cette gestion de crise et "aller vers une gestion de risque".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK