Jean-Luc Dehaene compare la N-VA et le Vlaams Belang

Jean-Luc Dehaene compare la N-VA et le Vlaams Belang
Jean-Luc Dehaene compare la N-VA et le Vlaams Belang - © Tous droits réservés

Dans une longue interview à la télévision néerlandaise, l'ancien Premier ministre et eurodéputé CD&V évoque les populismes en Europe et compare le discours de la N-VA à celui d'extrême droite du Vlaams Belang.

Interviewé par la NOS sur le budget européen, Jean-Luc Dehaene revient sur les grands hommes politiques européens qu'il a côtoyés, Helmut Kohl et François Mitterrand, "des leaders pour qui l'Europe était de toute évidence un projet nécessaire ".

Il dresse un autre tableau de la situation actuelle : les dirigeants actuels n'ont pas le courage de défendre les difficiles mesures prise au niveau européen dans leur pays. "L'Europe est devenue un bouc émissaire. C'est toujours la faute de Bruxelles".

Cela ouvre, selon lui, la porte aux Geert Wilders et aux Marine Le Pen. Ils font preuve de "vue à court terme" en plaidant pour une sortie de l'Union européenne. "Les énormes défis de la mondialisation exigent des solutions européennes communes", souligne l'ancien Premier ministre.

Parlant des discours populistes en Europe, il prend l'exemple belge : "Ce qui me dérange surtout, c'est la forme de leur discours 'c'est toujours la faute d'un autre', et chez nous c'est 'c'est la faute des Wallons, c'est la faute du PS chez les Wallons'".

L'ancien Premier ministre fait un parallèle : "C'est en fait implicitement le même message que celui envoyé par un autre de nos partis, le Vlaams Belang. Eux disent : c'est la faute des étrangers".

Mais Jean-Luc Dehaene arrête là la comparaison : "Le message populiste, c'est ce qu'ils ont en commun. D'autre part, il faut constater que la N-VA est plus démocratique que ne l'est le Vlaams Belang."

JFH

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK