Jean-Luc Crucke répond à Annelies Verlinden : "Bruxelles est une région à part entière et doit le rester"

Le ministre wallon des finances Jean-Luc Crucke a réagi à la proposition de la ministre de l’Intérieur CD&V Annelies Verlinden pour un modèle "2+2" ou d’un modèle "à quatre entités". Pour le régionaliste libéral, il est clair qu’il faut une Belgique avec quatre régions fortes.

"On a déjà entendu des déclarations plus heureuses", commente Jean-Luc Crucke sur le plateau de Jeudi en Prime à propose l'annonce d'Annelies Verlinden. Selon le ministre wallon, ce sont les termes utilisés par la ministre de l'Intérieur pour décrire les régions qui posent problème : "deelstaten" (entités fédérées) pour la Wallonie et Bruxelles et "deelgebieden" (territoires fédérés) pour Bruxelles et les germanophones, ce qui impliquerait que les quatre entités ne seraient pas sur un même pied.

"Ça a juste un mérite", relativise-t-il. "Ca a rappelé que pour tous les francophones et les Wallons que Bruxelles est une région à part entière et doit le rester." Régionaliste convaincu, Jean-Luc croit en "quatre régions fortes dans un État fort".

Pour simplifier l’État, il souhaite que les compétences soient clairement réparties et propose une réforme de la Fédération Wallonie-Bruxelles : ""La Fédération (Wallonie-Bruxelles) doit évoluer dans ses compétences", devenir "une structure entre la Région bruxelloise et la Région wallonne", "mais on n’a pas besoin pour ça d’un gouvernement, d’un parlement […], de structures aussi lourdes."

Pas touche à la sécurité sociale

Selon le ministre des finances, les différents représentants politiques profitent actuellement du système pour rejeter la faute à un autre niveau de pouvoir. "Ça ne fonctionne pas, et ça rend fautif tout le monde au bout du compte."

Avide d’avoir davantage de pouvoir au niveau régional, Jean-Luc Crucke compte néanmoins garder les compétences régaliennes au fédéral, comme la défense. Il ne veut pas non plus qu’on touche à la "base de la solidarité": la sécurité sociale. "Si vous mettez un doigt dans la division de la sécurité sociale, vous mettez un doigt dans la division du pays."

Le point de vue régionaliste avancé par Jean-Luc Crucke sur le plateau de la RTBF est personnel et ne représente pas la position du président du MR, plutôt unitariste. Mais le ministre hennuyer rassure : "Il y aura un débat au sein de la famille libérale, je suis persuadé qu’on trouvera un consensus entre nous."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK