Jean-Luc Crucke (MR) choisit le décumul intégral et il est bien le seul à le faire

Presque tous les ministres wallons sont aussi conseillers communaux
Presque tous les ministres wallons sont aussi conseillers communaux - © BRUNO FAHY - BELGA

Il l’a annoncé par communiqué de presse, ce mardi Jean-Luc Crucke, ministre wallon, démissionnera de ses fonctions de conseiller communal à Frasnes lez Anvaing. Aucune loi n’impose un décumul entre la fonction de conseiller communale et celle de ministre. Jean-Luc Crucke précise d’ailleurs que c’est un choix personnel et l’explique : "Je n’ai plus le temps matériel d’être un bon conseiller communal." Il ajoute : "Le cumul est quelque chose, en ce qui me concerne, qui n’est pas compatible avec ma fonction ministérielle. Je vois réellement ce décumul comme une opportunité et non comme un manque, je n’ai aucun regret."

Et les autres ministres wallons ?

Si Jean-Luc Crucke parle d’une opportunité, il est visiblement le seul à la saisir. Aujourd’hui au gouvernement wallon, presque tous les ministres cumulent avec une fonction communale. Willy Borsus (MR) est conseiller communal à Marche-en-Famenne. Valérie de Bue (MR) siège au conseil communal de Nivelles et Christie Morraele (PS) à celui d’Esneux. Pierre-Yves Dermagne (PS) est bourgmestre de Rochefort mais "empêché" puisqu’il y a une incompatibilité entre les fonctions de ministre et maïeur. Il n’a pas pour autant démissionné.

Même le ministre-président wallon Elio Di Rupo est resté conseiller communal mais en s’imposant tout de même une limite : "Je reste conseiller communal car je ne compte pas quitter ma bonne ville de Mons. Pour information, j’ai renoncé à tous les jetons de présence. Je suis conseiller communal par devoir à l’égard des gens qui m’ont élu."

Si Ecolo fait figure d’exception, puisque le parti ne compte aucun ministre wallon "cumulard communal", c’est un peu malgré lui. Philippe Henry s’est bien présenté aux communales à Liège mais n’a pas été élu. Céline Tellier vient de la société civile, elle n’a donc pas été candidate aux élections.

Rappelons-le, cumuler conseiller communal et ministre est légal, autorisé aussi par les partis politiques eux-mêmes. Quant à la gestion du temps qu’impose le cumul ou aux problèmes d’efficacité évoqués par Jean-Luc Crucke, on le voit, cela semble une affaire bien personnelle.

Archive : Le Grand Oral du 13/06/19

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK