Jean-Luc Crucke en marche vers Namur

Jean-Luc Crucke.
Jean-Luc Crucke. - © BELGA

Il l'a longtemps attendu, ce poste ministériel, à la Région wallonne de préférence. Le Voilà servi. 

Jean-Luc Crucke, député wallon et bourgmestre MR de Frasnes-lez-Anvaing, entre Tournai et Renaix, fait partie du casting du nouveau Gouvernement wallon MR-cdH. Avec des portefeuilles importants : les finances, le budget, mais aussi l'énergie et les aéroports. 

Né en 1962 à Renaix, Jean-Luc Crucke rencontre Jean Gol, un modèle, durant ses études de droit. C'est également durant ses études qu'il se lance dans le monde politique, chez les jeunes PRL. Il les présidera en 1990. 

Il est également actif dans sa commune, Frasnes-lez-Anvaing. Il est élu sur les listes libérales lors du scrutin communal de 1988 et il devient tout de suite Premier échevin, en charge de la culture, de l’enseignement, des sports et de la jeunesse. Il deviendra bourgmestre de Frasnes-lez-Anvaing en 1997, à l'âge de 35 ans. Jadis en coalition avec le PS, le parti libéral est aujourd'hui en majorité absolue. 

Jean-Luc Crucke est également fréquemment présent sur les listes régionales et fédérales. Suppléant d'Olivier Chastel, il devient durant quelques mois député fédéral en 2004 avant d'être élu la même année à la Région wallonne. Le Frasnois se retrouve à nouveau sur les listes des élections fédérales suivantes et il est à nouveau élu. Après trois années à nouveau au fédéral, de 2007 à 2009, il revient siéger à la Région wallonne et à la Fédération Wallonie-Bruxelles après le scrutin de 2009. Un poste de député qu'il ne quittera plus. 

L'amateur de sports, de volley et de football en particulier, Jean-Luc Crucke devient une des figures majeures de l'opposition.

Quand le MR s'apprête à monter au fédéral suites au scrutin de 2014, le nom de régionaliste convaincu et parfait bilingue, est fréquemment cité parmi les ministrables. Mais le poste lui échappe. 

"Une vie, c'est long"

Pas repris dans le casting au fédéral, Jean-Luc Crucke réalise pourtant d'excellents résultats, la même année, avec la liste MR de l'arrondissement Tournai-Ath-Mouscron au scrutin régional. Une liste que le Frasnois mène et qui grappille encore des voix au PS. "Oui, nous sommes seconds, mais un jour, nous serons premiers. Vous savez, une vie, c'est long." 

Jean-Luc Crucke est alors resté sur les routes de Wallonie. Une région que l'amateur de marche, natif du Pays des Collines, traverse en août 2016, à pied, d'Eupen à Comines-Warneton. Une périple de 850 kilomètres. 

"Je l'ai arpentée, cette région. J'en ai pris le pouls. J'étais sur le terrain. Aujourd'hui, on me demande de prendre mes responsabilités. Je vais le faire à la fois avec modestie et avec passion", glisse aujourd'hui le ministre Crucke. "Nous savons qu'il ne reste que deux ans avant les prochaines élections régionales. Il ne faudra donc pas traîner avant de se mettre en marche. Il y a notamment la réforme fiscale ainsi que la suppression que la taxe redevance TV que l'on concrétisera dans quelques semaines, dans quelques mois."

Jeu de chaises musicales

La désignation de Jean-Luc Crucke comme ministre wallon implique un jeu de chaises musicales. Son siège de député sera occupé par Philippe Bracaval, échevin de l'Instruction publique à Mouscron. Une fonction scabinale qui reviendra à David Vaccari. 

A Frasnes-lez-Anvaing, Jean-Luc Crucke deviendra bourgmestre empêché quand il prêtera serment. Le poste de bourgmestre faisant fonction sera discuté en interne, au sein du MR local. Il devrait en toute logique revenir au Premier échevin Jacques Dupire. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK