Jean-Jacques Flahaux (MR): "Les propos de Francken sont souvent embarrassants, mais sa politique est bonne"

Jean-Jacques Flahaux, MR : "Les propos de Theo Francken sont souvent embarrassants, mais sa politique est bonne"
2 images
Jean-Jacques Flahaux, MR : "Les propos de Theo Francken sont souvent embarrassants, mais sa politique est bonne" - © Tous droits réservés

On s'y attendait et on en a très vite eu la confirmation : les débats ont été très polarisés pour cette troisième émission d'A Votre Avis, centrée sur la récente polémique concernant Theo Francken, qui a fait appel à une délégation soudanaise pour identifier des ressortissants illégaux du Soudan.

D'un côté de la table, PS et Ecolo lançaient tout de suite les hostilités : "La communication de monsieur Francken est indigne, assène Julie Fernandez Fernandez. On n'attend pas d'un membre du gouvernement qu'il compare des hommes, des femmes et des enfants en détresse à des déchets. C'est ce qu'on fait quand on nettoie le terme employé par Theo Francken - on enlève des déchets." Quant à Patrick Dupriez, il dit avoir mal à la démocratie de son pays quand un homme comme le Secrétaire d'Etat à l'Asile et l'Immigration actuel est au gouvernement. Tous deux l'affirment, ils réclameront la démission de monsieur Francken, comme ils l'ont déjà fait auparavant. Quant à savoir s'ils le feront dès demain, comme leur demande Sacha Daout, ils restent plutôt vagues.

Face à eux, le représentant du MR, le député fédéral Jean-Jacques Flahaux avoue que les propos de Theo Francken sont souvent à la limite et embarrassants pour le MR et le gouvernement. En revanche, sur le fond, Jean-Jacques Flahaux croit que "dans la politique concrète qui a été appliquée, il n'y a pas de réelle illégalité qui a été opérée". Karl Vanlouwe, sénateur N-VA, défend lui aussi son collègue de parti, en laissant au passage une pique aux socialistes : "Theo Francken ne veut pas nettoyer les gens, il veut nettoyer la situation actuelle, qui est inacceptable. Nous ne voulons pas de jungle comme à Calais. Pour cela il faut une politique très claire et très stricte, et non pas une politique laxiste comme celle à laquelle nous avons eu droit pendant 25 ans sous les gouvernements socialistes". Une affirmation qui ne manquera pas de faire sourire certains internautes, qui soulèvent notamment qu'aucun des derniers Secrétaires d'Etat à l'Asile et l'Immigration n'était issu du Parti Socialiste.

Une action contraire à la Convention de Genève

Alexis Deswaef, président de la Ligue des Droits de l'Homme présent dans le public, est lui formel : ce que Theo Francken a organisé avec la délégation soudanaise est illégal. "Identifier les personnes en amont de la procédure d'asile, c'est contraire à la Convention de Genève et la Convention européenne des Droits de l'Homme, qui est directement applicable en Belgique", accuse-t-il. "Non seulement le Soudan est une dictature, mais c'est une des pires dictatures. C'est le seul pays dont le chef d'Etat est sous mandat d'arrêt international", indique par ailleurs le président de la Ligue des Droits de l'Homme.

Pour Karl Vanlouwe, c'est faux, rien n'est illégal, ce sont de simples relations diplomatiques, avec un pays qui, il l'avoue, est une dictature. "Ce n'est pas la seule dictature avec laquelle nous avons des relations diplomatiques", renchérit le sénateur N-VA D'autant que, selon lui, d'autres pays ont utilisé le même genre de procédures, notamment la France, avec, eux aussi, des pays qui sont loin d'être des démocraties comme les nôtres. Selon lui, les personnes qui vont être identifiées ne sont pas des réfugiés mais des migrants qui ne veulent pas rester, ils veulent se rendre au Royaume-Uni. "Ils n'ont pas demandé l'asile", précise Karl Vanlouwe. Dire cela, c'est rejeter la faute sur l'autre, selon Alexis Deswaef, qui accuse cette politique de mettre en danger les migrants soudanais : ils ne vont plus vouloir demander l'asile car, maintenant qu'ils sont identifiés, ils auront peur de mettre en danger leurs familles restées au pays.

Une politique pourtant appréciée

Malgré les scandales qui s'enchaînent, Theo Francken est toujours bien situé dans les hit-parades politiques, rappelle Sacha Daout : premier en Flandre, cinquième en Wallonie et à Bruxelles. C'est une preuve, selon Ivan de Vadder, journaliste de la VRT, que la politique d'asile et d'immigration est tout de même appréciée par la population. En effet, cette popularité ne touche pas que Theo Francken : "Tous les politiques qui ont obtenu le poste de Secrétaire d'Etat à l'Asile et l'Immigration sont devenus populaires grâce à ça. D'abord Annemie Turtelboom, puis Maggie De Block et maintenant Theo Francken", indique Ivan de Vadder.

Patrick Dupriez assume le photomontage d'Ecolo j

C'était l'autre polémique du jour: la photo publiée par les jeunes d'Ecolo, montrant Theo Francken sous un uniforme nazi. Patrick Dupriez, co-président d'Ecolo, refuse de se désolidariser du photomontage, bien qu'il affirme qu'il ne l'aurait "personnellement pas fait comme ça". Il s'agit, selon lui, d'une image "à la mesure du niveau d'indignation et d’écœurement de ces jeunes face à la série des propos de monsieur Francken et face aux dernières informations, face aux rafles du Parc Maximilien. Ils sont écœurés, et je salue le fait que ces jeunes se mobilisent et s'indignent". Par ailleurs, Patrick Dupriez est certain que Theo Francken savait très bien ce qu'il faisait en repartageant la photo. "Au final, c'est de lui qu'on parle, donc c'est lui qui va gagner."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK