Jean-Claude Marcourt: "Le numérique dans la radio, c'est une révolution"

Jean-Claude Marcourt (PS), le ministre des médias en Fédération Wallonie-Bruxelles, se réjouit de l'arrivée de la DAB+ (digital audio broadcasting +), une technologie de diffusion par ondes hertziennes qui n’a rien à voir avec le flux Internet.

Il estime que cette technologie présente plusieurs avantages: "Elle permet d'avoir un confort d'écoute et un service gratuit. Pour les éditeurs de radio, il y aura plus de chaînes possibles."

Concrètement, le nombre de radios disponibles devrait augmenter, car la technologie permet d'avoir plus de champs. "Il y aura un lancement de l’appel d’offre pour les radios privées en 2019, le nouveau plan de fréquence pourra être déployé à partir de septembre 2019", déclare le ministre en ajoutant que les plus petites radios bénéficieront d'une plus grande attention. 

Il trouve également remarquable que la RTBF et l'ensemble des éditeurs privés se soient mis d'accord sur une infrastructure commune : "c'est une première". Il estime par ailleurs le coût de l'opération à une dizaine de millions d'euros pour les pouvoirs publics.

Indisponible en Flandre

Autre évolution avec l'arrivée de la DAB+ : les radios de la RTBF ne pourront bientôt plus être captées dans toute la Flandre. Jean-Claude Marcourt regrette cette décision : "Nous avions proposé à la Flandre de réserver des canaux pour eux. Malheureusement, la Flandre a refusé, il n’y a pas de place sur les canaux flamands pour la RTBF. C’est à nouveau un fait que notre pays se scinde un peu plus." 

Pour réaliser des économies, la RTBF a décidé de ne plus émettre en ondes moyennes le 31 décembre puisqu'elle est moins utilisée. "Dans ce cas, Internet pourra être un bon remplaçant", commente le ministre.

L'industrie automobile va devoir s'adapter à l'arrivée de cette technologie. Actuellement, 30% des véhicules neufs sont équipées de DAB+. Mais il n'y a pas lieu de céder à la panique selon Jean-Claude Marcourt: "En parallèle, le FM continuera de fonctionner, il n’y a pas de dates d’arrêt. Il n’y a aucune crainte à avoir. On va faire la promotion du DAB+ auprès du secteur automobile."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK