Franco Dragone crie son ras-le-bol dans une nouvelle forme de communication

Cité dans les Panama Papers et inculpé de fraude fiscale grave, de corruption de fonctionnaire et de blanchiment, le metteur en scène et entrepreneur artistique Franco Dragone a répondu aux polémiques entourant son nom via une vidéo en forme de carte blanche diffusée sur la plateforme YouTube.

Il y affirme qu'il n'a jamais fraudé et récuse catégoriquement toutes les accusations qui pèsent sur lui. Et le fait même en chanson (à 3'30'').

Je laisse la justice faire son travail sereinement; j'aimerais tellement qu'on en fasse de même avec moi

Franco Dragone dit saluer le travail journalistique réalisé dans le cadre des Panama Papers, mais déplore servir de bouc émissaire dans cette affaire alors qu'il estime s'être déjà expliqué au sujet de ses structures financières offshore et qu'il affirme n'avoir failli à aucun de (ses) devoirs vis-à-vis du fisc ou des administrations belges.

Franco Dragone souligne par ailleurs qu'il n'a bénéficié que d'aides "dérisoires" et de cinq millions d'euros de prêts au taux du marché.

Concernant ses inculpations, le metteur en scène rappelle dans une carte blanche, publiée dans plusieurs quotidiens ce mercredi, qu'il est présumé innocent et dit avoir toute confiance en l'instruction en cours. "Je laisse la justice faire son travail sereinement; j'aimerais tellement qu'on en fasse de même avec moi." "Je vais juste, une dernière fois, respirer profondément, retrousser mes manches et remonter sur le ring", conclut Franco Dragone.

Une nouvelle forme de communication

Franco Dragone est sorti du silence. A sa manière, avec un smartphone et une plaidoirie en selfie, sur tous les maux qui l'accablent depuis trois ans, les Panama Papers, les inculpations pour fraude fiscale grave, la corruption de fonctionnaire et des soupcons de blanchiment.

Dragone en a ras le bol? Certainement l'homme se montre usé par cette forme d'acharnement contre lui. Lui l'artiste. Lui l'ambassadeur de la culture.

Dix minutes, une tribune en forme de selfie, déposée sur son compte DragoneTV sur le réseau Youtube et donc visible par tout le monde. Dragone, qui refuse les interviews, mais qui s'accorde un plaidoyer. Dragone fatigué par le battage médiatique autour de son nom, de ses sociétés et de sa personne. Dragone l'artiste, qui semble fort atteint et qui se résume finalement par ces phrases : " Aujourd’hui, c’est sur moi qu’on tire. J’ai fait des conneries. Oui. Qui n’en fait pas ? Mais même cela j’ai du mal à l’avouer : faire des conneries, qui n’en fait pas ? Je pense que les seules conneries que j’ai faites, c’est celles de m’abandonner dans les mains de collaborateurs qui n’ont pas toujours été à la hauteur. "

C'est une nouvelle manière de communiquer et pourquoi pas finalement. C'est un message qu'il passe, un message à la justice, à ses détracteurs et à ses fans. Et aussi à ses personnes dont la vie dépend du travail fourni par les sociétés du giron Dragone : " J’ai toujours eu du mal moi entre l’entrepreneur et l’artiste. Le gestionnaire et l’artiste. Aujourd’hui, je veux sauver l’emploi de 100 personnes à La Louvière. "

Franco Dragone est aujourd'hui à Naples et demande à retrouver du calme et de la tranquillité pour pouvoir se concentrer sur son travail. Certes, c'est légitime. Et pour ce qui en est de sa communication, chacun appréciera.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK