Trafic d'êtres humains: Jan Jambon veut renforcer la lutte contre les passeurs

Jan Jambon veut renforcer la lutte contre le trafic d'êtres humains 
Jan Jambon veut renforcer la lutte contre le trafic d'êtres humains  - © ERIC LALMAND - BELGA

Jan Jambon (N-VA), le ministre de l'Intérieur, veut renforcer la lutte contre le trafic d'êtres humains. Il propose pour cela plusieurs nouvelles mesures. L'une d'entre elles est la surveillance, la nuit, de cinq parkings autoroutiers en direction de la Côte. Cette surveillance commence d'ailleurs dès ce soir. Elle sera d'abord assurée par la police, avant de trouver une entreprise privée qui prendra le relais. 

Le but de Jan Jambon est de lutter contre ceux qui exploitent la misère et font payer des sommes astronomiques aux migrants qui veulent rejoindre le Royaume-Uni. Pour le ministre, la Belgique serait un lieu de passage important pour ceux qu’il appelle " les migrants de transit ". La première priorité de ce plan est un meilleur contrôle des parkings d’autoroute.

Jan Jambon veut mener la vie dure aux passeurs en augmentant, au maximum les probabilités, pour les passeurs de se faire pincer: "Si nous pouvons diminuer le nombre de passeurs, nous diminuerons le nombre de migrants en transit et nous éviterons que le crime organisé s’enrichisse et profite de leur malheur".

Appel au secteur privé

Le ministre veut faire appel à des sociétés privées pour surveiller 5 parkings autoroutiers bien précis durant la nuit. Et les surveiller de manière permanente. Les polices fédérales et locales devraient aussi être mises à pied d’œuvre avec des patrouilles. "Nous en avons discuté avec les coordinateurs de la police de chaque province. Des équipes seront réparties sur les autres parkings où des passeurs pourraient aussi sévir' à déclaré le ministre de l'Intérieur.
Au niveau de son département, un groupe de travail sur la traite des êtres humains travaille en ce moment et rassemble tous les services de sécurité et judiciaires autour de cette problématique. Le journal La Dernière Heure précise que la semaine prochaine, ce groupe de travail se réunira au sujet des migrants de transit. Le but est aussi de comprendre comment les trafiquants fonctionnent précisément et de démanteler donc ce réseau sur notre territoire.

Contrôles dans les gares et les ports

En plus de la surveillance accrue des parkings, la police organisera des actions de contrôle quotidiennes contre la migration illégale et le trafic d'êtres humains dans les gares, les trains et les ports. Une troisième partie du plan vise à lutter contre la contrebande humaine pour faciliter l'identification des réseaux derrière les flux migratoires. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK