Jan Jambon réagit face à la polémique autour des évaluations lors du recrutement policier

Jan Jambon réagit face à la polémique autour des évaluations lors du recrutement policier
Jan Jambon réagit face à la polémique autour des évaluations lors du recrutement policier - © Tous droits réservés

D’après nos confrères du journal De Standaard, la police accepte en formation des candidats, qui ont des antécédents plutôt préoccupants. Il est question de conduite sous l’influence de la cocaïne, de speed et d’ecstasy, vandalisme, de coups et blessures, de proches de combattants en Syrie, de comportement mensonger. Ces révélations ont directement fait réagir le ministre de l’intérieur, Jan Jambon (N-VA).

 

Qu’est-ce qui pousse la police à accepter ces profils ? Ces hommes et femmes, au terme de leur formation, porteront une arme et représenteront la sécurité de l’Etat. La pénurie d’effectifs serait la principale raison. La police fédéral ou local souffre d’un manque de 3700 agents.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK