Jan Jambon (N-VA) critique les formules magiques du Vlaams Belang, mais ne ferme pas la porte

Depuis le lancement des discussions en vue de former une majorité en Flandre, la N-VA reçoit pour la troisième fois le Vlaams Belang. Une invitation qui étonne quelque peu quand on sait que le sp.a et Groen n’ont pas encore été invités pour un troisième tour. Par cette nouvelle discussion bilatérale, les nationalistes flamands veulent en quelque sorte montrer aux électeurs flamands qu’ils ont entendu leur signal en faisant du Belang le deuxième parti flamand. Mais à entendre certains cadres de la N-VA, faire monter le Belang dans une majorité flamande ce n’est pas encore d’actualité, mais on ne ferme aucune porte

Des formules trop populistes qui ne marcheront pas. Mais…

Ce sont les mots de Jan Jambon, l’un des hommes fort de la N-VA. L’ancien ministre fédéral estime que le programme du Belang n’est pas très crédible lorsqu’on lit leur programme. Le Vlaams Belang plaide pour stopper l’immigration pendant 10 ans et d’arrêter aussi le mécanisme de solidarité vers la Wallonie. "Le Vlaams Belang a clairement reçu un mandat de l’électeur, mais je pense que ces formules sont trop populistes et qu’elles ne marcheront pas", critique Jan Jambon.

Cependant, les discussions sont toujours en cours. "Mais il serait trop facile de les repousser d’office dans l’opposition, car ils pourraient alors tenter d’attirer les électeurs avec des formules magiques irréalistes", a déclaré Jan Jambon. C’est pourquoi, les nationalistes flamands cherchent à voir s’il est possible d’arriver à un accord avec le Vlaams Belang.

Vers un "Akkoord"?

Tous les scénarios sont possibles disent-ils à la N-VA. Mais l’ancien vice-premier insiste… Il faut explorer toutes les pistes possibles avec le Belang."Nous devons voir si nous pourrions parvenir à un accord avec le Vlaams Belang afin qu’ils puissent démontrer si leurs formules fonctionnent ou non."

Sauf que voilà, N-VA et Vlaams Belang ensemble en Flandre ne forment pas encore une majorité. Il faudra encore l’appoint d’un troisième partenaire. OpenVld et Cd&V ont déjà exprimé toute leur animosité à rompre le cordon sanitaire et ouvrir la discussion avec l’extrême droite. "Il faudra en effet convaincre un troisième partenaire. Ce sont des discussions difficiles et je ne vais les rendre plus difficiles encore", a-t-il conclu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK