Jan Jambon: "Je comprends les Belges qui hébergent des migrants, mais je ne le ferais pas"

Jan Jambon, ministre de l'Intérieur
Jan Jambon, ministre de l'Intérieur - © RTBF

Le président de la Ligue des droits de l'Homme Alexis Deswaef affirme qu'il a été informé d'une opération policière contre les migrants aurait lieu ce mercredi. "Je ne vais pas dire dans les médias si des actions sont planifiées ou pas", explique le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) interrogé dans Matin Première. De plus, ces décisions sont prises par la police, pas par lui-même. "Je ne sais si ce que monsieur Deswaef dit est basé sur des faits ou si c'est une tactique".

Alexis Deswaef est informé par des sources au sein de la police, dit-il. "On fait une enquête pour voir s'il y a des fuites, et d'où viennent ces fuites, parce que c'est inacceptable. Les policiers sont tenus par le secret professionnel, s'il ne se conforment pas à cela, ils font une erreur professionnelle" poursuit Jan Jambon.

"Je comprends les Belges qui hébergent des migrants"

Jan Jambon "comprend" les citoyens belges qui hébergent chaque soir chez eux des migrants. "Moi je ne le ferais pas parce qu'ils hébergent des gens qui sont ici dans l'illégalité. Mais je comprends qu'ils aient des sentiments pour ces gens. Mais ils hébergent des illégaux: ces migrants font le choix de rester dans l'illégalité. Ils sont invités, à plusieurs reprises, à demander l'asile. On doit dire à ces gens: 'ou bien vous demandez l'asile (et on a des procédures légales pour savoir si vous avez droit à l'asile), ou bien vous devez retourner'. L'illégalité, cela ne va pas dans un Etat de droit."

"Ils n'ont pas de papiers, ils ont donc moins de chances que d'autres gens dans notre société. Ils sont sans perspectives. S'ils demandent l'asile, on peut les aider. Ou bien ils font le choix de rester dans l'illégalité et comme représentant de l'Etat de droit, je dois agir", poursuit Jan Jambon. "Pour moi la présence de migrants ne pose aucun problème, mais les gens qui font le choix de rester dans l'illégalité: c'est ça le problème".

"A long terme", la vague migratoire met à mal notre sécurité sociale, estime Jan Jambon : "Les gens qui n'ont pas de travail parce qu'ils sont illégaux, ne paient pas de taxe. Cela va affaiblir notre société et notre sécurité sociale".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK