J. Jambon: "Des combattants de l'EI risquent la peine de mort en Irak? Des choix de vie qui entraînent des conséquences"

Jan Jambon n'exclut pas l'envoi sur place  de commissions rogatoires pour interroger les combattants sur place.
Jan Jambon n'exclut pas l'envoi sur place  de commissions rogatoires pour interroger les combattants sur place. - © Tous droits réservés

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA), invité à la RTBF pour évoquer notamment les migrants de passage dans notre pays, s'est aussi exprimé au micro de la VRT radio ce lundi matin. Il a affirmé que notre pays n’allait pas négocier avec des combattants du groupe terroriste Etat islamique (EI) désirant rentrer au pays. Jan Jambon confirme ainsi les propos du Premier ministre Charles Michel (MR) ce dimanche.

"C’est du pur bons sens. Ce sont des gens qui se sont opposés avec violence aux fondements de notre société. Et à présent qu’ils sont sans ressources, nous devrions commencer à négocier avec eux pour les ramener dans notre société. Bien sûr, nous allons respecter les règles du droit international, mais négocier avec eux d’un éventuel retour au pays n'est pas à l’ordre du jour", dit Jan Jambon.

"Le fait qu’ils risquent la peine de mort en Irak ne change rien non plus", ajoute le ministre. "Ils ont fait des choix de vie différents or ce sont des choix qui entraînent des conséquences".

Jan Jambon n'exclut pas l'envoi sur place  de commissions rogatoires pour interroger les combattants là-bas. "La situation des femmes et des enfants qui souhaitent également rentrer en Belgique est examinée au cas par cas", ajoute le ministre. 

Plus de détails sur le site de la VRT en français Flandreinfo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK