"J'ai promis de le ramener, aidez-moi": l'appel poignant du papa de Théo Hayez, parti en Australie à la recherche de son fils

Laurent Hayez, le père de l’étudiant belge Théo Hayez porté disparu en Australie, a formulé un appel à toute information pouvant contribuer à l’enquête en cours à Byron Bay pour retrouver son fils. Lors d’une conférence de presse conjointe avec la police lundi matin, il a également plaidé pour un accès aux données de la messagerie WhatsApp que son fils a utilisée.

Arrivé en Australie en fin de semaine passée, M. Hayez s’est exprimé pour la première fois publiquement lundi matin lors d’une conférence de presse à Tweeds Head, localité non loin de la station balnéaire de Byron Bay où son fils Théo Hayez (18) a été aperçu pour la dernière fois le 31 mai.

"Si vous détenez une information mais que vous ne voulez pas traiter avec la police ou craignez de vous présenter, s’il vous plaît contactez anonymement le portail de signalement 'Echec au crime'", a prié M. Hayez.

Vital d’accéder à Whatsapp

Il ajouté qu’il était "vital" que les enquêteurs aient accès au compte de la messagerie WhatsApp de Théo Hayez "sans délai, chaque minute compte". Il a confirmé que son fils avait eu recours à cette application la nuit de sa disparition. "Nous comprenons la politique de confidentialité et nous la respectons. Toutefois, il est question de fournir une assistance à une personne en grand danger", a-t-il insisté.

M. Hayez a remercié ses proches, la police australienne et la communauté de Byron Bay pour leurs efforts déployés au cours des deux dernières semaines pour retrouver Théo. "Quand j’ai quitté la Belgique, j’ai promis à son petit frère que je ramènerai Théo à la maison, aidez-moi à garder ma promesse", a encore supplié le père très ému.

La maman de Théo : "Je garde espoir mais je suis réaliste"

Rencontrée la semaine dernière par la RTBF, Vinciane Delforge, sa maman, nous confiait : "Dès le début je me suis dit qu’il lui était arrivé quelque chose. Une mauvaise rencontre ou un accident. C’est un garçon très organisé, très équilibré. Il n’aurait jamais commis d’imprudence. Nous échangions quasi tous les jours des messages. Il lui est arrivé de se retrouver dans une zone désertique sans pouvoir communiquer mais il m’avait prévenue. Ici rien ! Il sait que je suis une mère poule. Ça ne lui ressemble pas. Je garde espoir mais je suis réaliste".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK