Inviter chez soi sans limite ? Attention la règle de quatre à l'intérieur reste inscrite dans l'arrêté ministériel

Attention si vous avez l’intention de faire la fête chez vous après avoir pris connaissance des dernières décisions du Comité de Concertation (CodeCo) mieux vaut savoir qu'à l'intérieur quatre invités maximum est toujours repris dans l’arrêté ministériel publié après le CodeCo de ce vendredi. Rien n’est jamais simple en Belgique et donc si vous aviez compris qu’on peut désormais inviter chez soi sans limite, c’est un brin plus ambigu. Un double discours assumé en quelque sorte. Cela reste interdit dans l’arrêté ministériel mais la ministre Verlinden a indiqué dans plusieurs médias qu’elle n’enverra plus la police pour vérifier combien de personnes sont dans votre jardin.

La vie privée demeure donc régulée par un arrêté ministériel contrairement à ce qu'indiquait le ministre Vandenbroucke ce mercredi encore: 

Hier encore, lors de la conférence de presse, le Premier ministre Alexander De Croo a lui même mis l’accent sur la responsabilité de chacun en évoquant 10 astuces à garder à l’œil soulignant le fait "qu'il valait mieux se réunir à 5 plutôt qu'à 50".

Uniquement pour le cas où la tendance s’inverserait

Cette disposition est donc restée dans le texte uniquement pour le cas où la situation deviendrait à nouveau préoccupante. A cet égard les responsables publics sollicités évoquent le risque lié aux rassemblements publics et privés dans le cadre de l’Euro de football. Tout reste donc affaire de bon sens disent les politiques dans leurs interventions publiques parlant plutôt de "recommandation" de "simple bon sens". indiquant que la population a désormais appris à vivre avec la présence du virus et à se protéger. En cas de mauvais chiffres dans les prochaines semaines il suffira de se référer au texte sans avoir à le modifier pour demander de l’appliquer strictement.

Le prochain comité de concertation de ce vendredi 11 juin devrait clarifier cette confusion et amener des précisions sur les mesures sanitaires préconisées dans notre sphère privée, si nous sommes par exemple vaccinés ou non.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK