Inondations : seules 4 notifications européennes sur les 24 reçues par le SPW concernaient la Wallonie

En réponse à la demande du Ministre wallon des Travaux publics, Philippe Henry, le SPW Mobilité et Infrastructures livre de nouveaux éléments sur ce qu’il possédait comme information à l’avant-veille des fortes pluies qui ont provoqué les inondations. Evo

quant des informations de presse publiées qui indiquaient que 25 notifications européennes (EFAS) avaient été reçues par le Service public de Wallonie en lien avec la dernière période de fortes précipitations, le SPW constate de ses extractions des notifications reçues par le SPW que 24 mails ont été effectivement reçus. Mais neuf d’entre eux peuvent être considérés comme des doublons d’autres notifications préalablement reçues et, parmi les 15 notifications restantes, seules 4 concernent spécifiquement la Wallonie.

Un partenariat entre la Région wallonne et l’Europe pour partager les informations

Depuis 2014, le SPW mobilité et infrastructures est partenaire d’EFAS (European Flood Awareness System), le système européen de prévision de crue. Dans ce cadre, le service public de Wallonie fournit quotidiennement les données de 6 stations hydrologiques du réseau wallon. Il s’agit des stations suivantes :

  • La Meuse à Chooz (station située en France mais gérée par la Wallonie)
  • La Meuse à Amay
  • La Meuse à Visé
  • L’Ourthe à Angleur
  • La Sambre à Salzinnes
  • L’Escaut à Tournai

Le SPW mobilité et infrastructures livre dans son communiqué une série de détails concernant le contenu des quatre notifications reçues mais à partie desquels il est difficile d’interpréter le caractère concret que ces notifications ont pu avoir sur la gestion des voies hydrauliques au moment de leur réception. Mais la conclusion tirée par le service public de Wallonie concerné est que ces quatre notifications ont été prises en compte dans les actions mises en œuvre pour alerter les autorités concernées.

 

La première notification européenne (EFAS) arrive lundi à 11h27

Comme l’indique EFAS dans ses commentaires, leur message est transmis avec un certain niveau d’incertitude lié aux limites de modélisation. Il indique alors que le bassin de l’Ourthe risque de dépasser, à partir du mercredi 14 juillet, un niveau de débit qui n’arrive qu’une fois sur une période de 5 ans (avec une probabilité de 55%) et même qu’une fois par période de 20 ans (avec une probabilité de 49%).

Rien de commun avec les inondations saisonnières qu’on peut parfois connaître. Sur base des éléments dont dispose alors le SPW Mobilité et Infrastructures, notamment aussi les dernières prévisions IRM fournies à 12H17, la décision est prise de transmettre au Centre de crise wallon un avertissement de risque de précipitations intenses pouvant provoquer des dégâts locaux ainsi qu’un risque significatif de débordement des cours d’eau pour les prochains jours. 

Le Centre de crise transfère à son tour cette alerte aux autorités à 15h14. On peut déduire de ces informations que lundi en milieu d’après-midi, toutes les autorités concernées par la gestion des cours d’eau sont prévenues d’un réel risque d’inondation d’une ampleur inhabituelle.

Signalons au passage que les mails EFAS (dont voici un exemple) contiennent un lien avec des informations plus complètes que la simple notification. "Un message d’avertissement invite à suivre un lien pour accéder à des prévisions plus détaillées, régulièrement mises à jour, sur le portail web de l’EFAS", peut-on lire dans un communiqué publié ce vendredi. Ces liens ont-ils été ouverts par les autorités belges ?

Mardi 13 juillet, journée cruciale, les signaux se renforcent, deux notifications EFAS confirment la prévision.

La première des deux notifications européennes d’EFAS adressée mardi 13 juillet est reçue par le SPW Mobilité et Infrastructures à 7h48. Il s’agit d’une confirmation de la note de la veille mais elle élève le degré de certitude de sa prévision initiale sur l’Ourthe. Selon cette prévision, à partir du mercredi 14 juillet, l’Ourthe a alors une probabilité de 69% de dépasser le niveau de crue rencontré une fois sur une période de 5 ans (et 51% sur une période de retour de 20 ans). On est donc bien dans un scénario de grande inondation annoncé avec une probabilité en hausse. Dans la foulée, à 8h17, anticipant l’alerte orange aux précipitations de l’IRM, le SPW réitère un message d’alerte vers le Centre de crise wallon indiquant un risque élevé de débordement de cours d’eau. La connaissance des événements qui vont suivre nous permet de savoir que la situation va devenir extrêmement problématique durant la nuit qui va suivre.

Risque de crues rapides sur les provinces de Liège et Luxembourg

Une seconde notification EFAS adressée mardi est reçue en fin de matinée. Il est alors 11H26. A ce moment le message d’alerte aux inondations par ruissellements a déjà été diffusé en Wallonie mais la notification européenne évoque cette fois le risque de crues rapides sur les provinces de Liège et Luxembourg. Ce risque est annoncé pour la nuit de mercredi à jeudi mais à partir de minuit. La note évoque un risque " modéré " pour 28% du territoire concerné mais " élevé " pour 15% du territoire. Dans sa notification, EFAS ne précise pas les bassins concernés par ce risque.

Mardi toujours l’IRM décide à 13H49, de passer les provinces de Liège, Luxembourg et Namur en code orange. Et trois heures plus tard, l’IRM toujours confirme une prévision de fortes précipitations sur les provinces précitées entre mardi et jeudi.

Le SPW Mobilité Infrastructures réitère alors son avertissement concernant le risque de débordement auprès du Centre de crise wallon avec un accent sur les trois provinces concernées. On peut donc conclure que mardi en fin d’après-midi, tout le monde sait que la situation va se révéler problématique dans les heures qui vont suivre. Les bonnes décisions ont-elles dès lors été prises ? Il appartient aux experts concernés de l’établir.

Le bassin de la Vesdre encaisse le premier choc, le niveau des eaux monte rapidement

4 images
© Belga

C’est d’abord le bassin de la Vesdre qui va encaisser les masses d’eau annoncées (dont Verviers). Rapidement le niveau de la Vesdre et de ses affluents va augmenter à une vitesse telle que l’alerte rouge "inondations" sera déclenchée dès 6h04, mercredi 14 juillet, pour l’ensemble du bassin de la Vesdre. Le Centre de crise transférant alors cette alerte aux autorités locales et aux zones de secours à 6h22.

EFAS étend son annonce de crue rapide à la province de Namur

4 images
© Belga

Une quatrième notification européenne parviendra à la Région wallonne mercredi 14 juillet à 14H44. Cette notification EFAS étend alors le risque de "crue rapide" à la province de Namur, mais sans préciser le ou les bassins concernés. Cette notification arrivera à un moment où les pré-alertes et alertes de crue établies par la Wallonie sont déjà actives sur les bassins des trois provinces concernées.

Pour les autorités wallonnes, les notifications européennes ont bien été prises en compte

Pour le SPW mobilité et Infrastructures, les 4 notifications EFAS ont bien été intégrées dans l’ensemble des processus d’alerte en vigueur en Wallonie. Ce qui a permis d’affiner les analyses effectuées et d’avertir le Centre de crise du risque de débordement des cours d’eau, centre qui selon le SPW a transmis à son tour "plusieurs messages d’alerte par e-mail et par SMS (via Be-Alert) à destination des zones de secours, des Communes et des Gouverneurs concernés ainsi que du centre national de crise (NCCN) et de la SWDE". Ces messages ont notamment été doublés précise le SPW "d’un appel téléphonique pour s’assurer de leur bonne réception auprès des zones de secours et des services des Gouverneurs".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK