Inondations : quels budgets pour quelles reconstructions ? Le gouvernement wallon communiquera ce mercredi après-midi

Le gouvernement wallon a tenu un conclave ces derniers jours pour assurer le suivi des inondations et surtout pour préciser les efforts qui devront être consentis pour reconstruire tout ce qui a été détruit ou endommagé lors des inondations de la mi-juillet. Un état des lieux a été dressé. Les domaines dans lesquels la Région wallonne sera amenée à intervenir sont nombreux. Qu’il s’agisse de bâtiments publics ou privés, d’entreprises, de ponts, de routes, de berges, d’écoles, des réseaux de gaz, d’électricité ou de télécommunications ou du secteur agricole, la liste des dégâts est impressionnante.

Presque tout le territoire wallon

Il suffit de regarder la carte des zones touchées par les inondations de la mi-juillet pour réaliser l’ampleur des dégâts. Il n’y a que l’ouest de la Région wallonne qui a été épargné, grosso modo tout le Hainaut occidental et quelques communes dans le Borinage, la région du Centre et une partie du Brabant Wallon. Sur le reste du territoire wallon, 209 communes ont été reconnues en vue d’une intervention du fonds des calamités. La surface totale des zones inondées est 9673 hectares…

De nombreux bâtiments à reconstruire ou réhabiliter

L’état des lieux dressé par le Commissariat spécial à la reconstruction, mis en place par la Région wallonne estime, après observation sur le terrain, à 23.920 le nombre d’immeubles d’habitations touchés. Une majorité de ces immeubles, 20.337 ont peu ou pas de dégâts visibles de l’extérieur. Mais 3216 immeubles ont été partiellement détruits, avec des dégâts visibles de l’extérieur. 159 immeubles ont été détruits et 208 font l’objet d’un arrêté de dangerosité ou démolition.

Les communes, elles, ont recensé les logements privés touchés par les inondations. 31.564 logements ont été endommagés. Dans 18.219 logements, considérés comme peu endommagés, l’eau est montée de moins de 30 cm au rez-de-chaussée. Dans 12.891 logements, très endommagés, il y a eu plus de 30 cm d’eau. Enfin, près de 450 logements ont été détruits, font l’objet d’un arrêté de démolition ou sont susceptibles d’être détruits.

Les bâtiments administratifs n’ont pas été épargnés. 58 d’entre eux ont été touchés, sans compter les écoles et les crèches.

La liste n’est pas clôturée : 185 installations sportives ont été concernées par la montée des eaux.

Des infrastructures à reconstruire

Selon les estimations du Commissariat spécial à la reconstruction, 96,4 km de voiries locales ont été touchées par les inondations, soit une superficie de 578 millions de mètres carrés sous eau…

S’ajoutent à cela 48 km de voiries régionales fermées ou avec circulation limitée.

220 ponts locaux ont été endommagés lors des intempéries. Il pourrait y en avoir plus car l’inventaire des ponts communaux impactés n’est pas encore totalement réalisé.

Des ponts gérés par la Région wallonne sont aussi touchés. 45 ponts ont été fermés pour être inspectés ou parce qu’on sait déjà qu’ils nécessiteront des travaux.

La Région wallonne devra aussi s’occuper de nombreux ouvrages d’art hydrauliques : bâtiments à rénover, murs ou berges à inspecter, démolir, reconstruire. 18 ouvrages d’art hydrauliques sont actuellement à l’arrêt et doivent être réparés en priorité. 13 autres, en service, devront être réparés à court terme.

Logements publics, patrimoine, écoles…

1562 bâtiments appartenant aux sociétés de logements publics devront faire l’objet de frais. 262 devront être détruits. 640 ont été très endommagés.

Le patrimoine wallon n’a pas été épargné. 225 biens et sites reconnus nécessiteront une intervention. L’Abbaye de Stavelot, par exemple, ou celle de Villers-la-Ville ont été touchées.

Tous réseaux confondus, 119 établissements scolaires ont enregistré des dégâts. Le plus grand nombre se concentre en province de Liège, 68 établissements.

Tourisme, entreprises, agriculture : là aussi des dégâts

De nombreux opérateurs touristiques ont été touchés par les inondations. Cela a été le cas pour de nombreux lieux d’hébergement. Dans les provinces de Liège, Luxembourg, Namur et le Hainaut, 136 lieux de ce type ont été impactés, dont une cinquantaine de campings, 21 hôtels et une cinquantaine d’établissements de "tourisme de terroir". Une quarantaine d’attractions touristiques sont aussi concernées. Au total, ce sont 203 opérateurs touristiques qui ont été recensés comme ayant connu des dégâts suite aux inondations.

Du côté des entreprises, 2624 bâtiments d’entreprises ont été concernés par la montée des eaux. Dans la grande majorité des cas, soit 2092 entreprises, les dégâts sont peu ou pas visibles de l’extérieur. Cependant, une septantaine de bâtiments d’entreprises ont été détruits ou seront démolis. 456 autres ont été partiellement détruits.

Dans le secteur agricole, des pertes de rendements pourraient être enregistrées dans 2182 parcelles de prairies et 368 parcelles de cultures.

Electricité, gaz, télécommunications

A la mi-septembre, selon les chiffres présentés par le Commissariat spécial à la reconstruction, mis en place par la Région wallonne, de nombreux foyers wallons étaient encore concernés par des dégâts aux réseaux d’électricité, de gaz ou de télécommunication. Dans les chiffres, on comptait 4200 foyers encore "impactés" chez Proximus et 8700 chez RESA.

Le tableau ne serait pas complet si l’on oubliait les 155.000 tonnes de déchets à évacuer et à traiter.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK