Inondations en Belgique : quand le pire se passe sous nos yeux, des témoignages glaçants

Ce sont les pires inondations de l’histoire de notre pays. Les flots ont ravagé des quartiers entiers, des maisons n’ont pas résisté au courant et se sont effondrées, des débris ont été emportés sur des kilomètres. Au-delà du matériel, le bilan humain est également dramatique. Des personnes ont été prises au piège dans leur maison, dans leur cave ou dans leur voiture alors qu’elles tentaient de fuir. Alors que l’urgence est désormais derrière nous, les témoignages qui nous parviennent sont glaçants.

Ce samedi en début de soirée, le bilan provisoire s’élève à 27 personnes décédées. Les corps sont rassemblés à la morgue de Crisnée. Sur place, le service d’intervention psychosociale urgente est à l’œuvre. Quatre volontaires répondent aux appels qui arrivent au 1771, le numéro pour les personnes qui sont sans nouvelle de leurs proches.

Ils ont été emportés avec la maison

Pepinster est l’une des communes les plus touchées de la province de Liège. Hier, un habitant expliquait au Roi s’être senti totalement impuissant face à l’horreur qui se déroulait sous ses yeux : "Il y avait des gens dans une maison, on les entendait crier de terreur et puis la maison est partie dans l’eau. Ils ont été emportés avec la maison. D’un coup, on ne les voyait plus. On ne pouvait rien faire, on était seul".

J’ai un copain qui est porté disparu, c’est très difficile

Même ville, autre témoignage. Celui d’Olivier. Il habite la commune depuis 40 ans. Depuis trois jours, il aide sa sœur dont les caves sont inondées. Pendant qu’il écope, il pense aussi à un ami : "J’ai un copain qui est porté disparu, c’est très difficile. On est coupé du monde, on n’a plus de wifi, on ne sait rien".

La voiture a été emportée dans un tourbillon

Lorsque l’eau a commencé à monter, certains ont tenté de fuir en voiture. Mais tout a été trop vite. Une habitante de Verviers nous raconte cette scène terrible : "Il y avait un couple dans une voiture, l’homme sortait sa main par la fenêtre pour appeler à l’aide. Mais l’eau était trop haute, on ne pouvait pas s’approcher. Alors ils ont refait un tour et quand ils sont revenus, ils ont été pris dans un tourbillon d’eau. La voiture a été submergée d’un coup". Et là encore, le même sentiment d’impuissance face à la force des éléments : "Des jeunes ont essayé de les sauver, mais ils n’ont rien pu faire. Peu de temps après, les pompiers sont arrivés, mais le couple était décédé".


►►► A lire aussi : Inondations historiques en Belgique : retour sur le jour d’après entre chaos, premiers constats et manifestation de solidarité


Un autre Verviétois nous raconte avoir vu une dame âgée qui avait elle aussi pris sa voiture. "Elle s’est encastrée dans les échafaudages. Des jeunes ont essayé de l’aider en cassant la vitre, mais une vague est arrivée et a submergé la voiture. On n’a pu que constater son décès deux heures plus tard", regrette-t-il.

Coincée pendant plus de 40 heures

À Chaudfontaine, les habitants ont aussi été très touchés par les inondations. Cet homme est en colère. Sa maman de 77 ans est restée coincée pendant plus de 40 heures. "Elle était toute seule chez elle. Bloquée. Finalement, deux membres des services de secours sont venus la sauver, ils sont venus à la nage par l’arrière de la maison et puis l’ont installée sur le toit", décrit-il.

Face à ces terribles inondations, une aide psychologique a été mise en place. Une quinzaine de volontaires de l’appui psychosocial intervient dans les centres d’accueil d’urgence. Le numéro 1771 est également destiné au soutien psychologique. Le numéro est joignable entre 08h00 et 22h00.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK