Infrabel menace de supprimer 13 petites lignes dont 12 en Wallonie

Infrabel menace plusieurs petites lignes wallonnes
Infrabel menace plusieurs petites lignes wallonnes - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Selon une note interne à Infrabel, et consultée par l’Echo et De Tijd, de petites lignes ferroviaires wallonnes devront fermer et les investissements dans le port d’Anvers seront mis en péril si Infrabel ne reçoit pas de toute urgence une dotation supplémentaire, met en garde Infrabel. Le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire avertit le prochain gouvernement. "Cela fait des années qu’on sait que le réseau est vieillissant. Dans les années à venir, il faudra prendre des décisions. Il ne s’agit pas de menaces, mais de documents de travail afin de fournir matière à négociations. Lorsque vous présentez l’avenir, vous envisagez tous les scénarios," assure, le porte-parole d’Infrabel, Arnaud Reymann. Du côté de l’association des navetteurs, navetteurs.be, on est inquiet. Il n’y a pas à choisir entre petites et grandes lignes. Il faut réinvestir dans le rail, d’après Gianni Tabbone, président de navetteurs.be. "C’est très inquiétant, car on parle de lignes moins fréquentées dans des zones à faible densité de population mais où le train reste un moyen de transport disponible. Pour nous, il est impensable de supprimer les moindres lignes du réseau ferroviaire belge, à l’heure actuelle. Le gouvernement prône sans cesse une autre mobilité. Maintenant, il faut donner les moyens à la SNCB et à Infrabel pour pouvoir assurer leurs missions de service public."

Des lignes rénovées

Parmi les lignes citées, on épinglera celles vers Marloie, Gouvy,Couvin, Erquelinnes ou encore Spa: " ces lignes citées, ce sont les moins fréquentées mais à côté de cela, investissement dans les 20 prochaines années : zéro car ce sont des lignes dans lesquelles on a beaucoup investi ces derniers mois et même ces dernières semaines afin de refaire des ouvrages d'art, refaire des voies.  Du point de vue d'Infrabel et sans préjuger de décisions qui peuvent être prises plus tard, il nous paraîtrait incroyable de fermer des lignes dans lesquelles on vient d'investir et lorsque nous construisons un pont, nous le construisons pour 100 ans!", ajoute Arnaud Reymann. Aucune décision n'a été prise. C'est le prochain gouvernement fédéral qui décidera du plan d'investissement pour le rail.

Infrabel reçoit actuellement une dotation annuelle de près de 1 milliard d’euros. Mais selon un récent audit, le gestionnaire du réseau ferroviaire aura besoin chaque année, au cours des douze ans qui viennent, de 82 millions d’euros supplémentaires pour le maintenir en bon état. Si le gouvernement fédéral plafonne le budget de 2020 à 2024 au niveau actuel, Infrabel ne pourra pas investir suffisamment dans l’entretien des voies ferrées, des caténaires et des installations de signalisation.

Pas moins de 13 lignes de trafic devraient ainsi être fermées ou ramenées à une seule voie, ce qui concerne 684 trains de voyageurs et 103 trains de marchandises par jour. Le principal impact serait ressenti en Wallonie (12 des 13 lignes visées).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK