Impôts communaux: pourquoi ils augmentent

La Louvière va imposer davantage ses citoyens. Elle n’est pas la seule. Beaucoup de communes sont actuellement dans un nœud: les charges qu’elles supportent augmentent. Si elles veulent continuer à rendre un minimum de services à leurs citoyens, elles n’ont guère de marges de manœuvre. 

Choix cornélien

A de rares exceptions près – pour faire simple, les communes dont la population est nantie – les villes et villages de Wallonie sont de plus en plus souvent devant ce choix: augmenter les impôts ou réduire investissements et services aux citoyens.
Parmi les problèmes auxquelles elles doivent faire face, il y a le dossier des pensions du personnel statutaire et la cotisation de responsabilisation qui est désormais imposée. Katlyn Van Overmeire, experte en finances publiques locales à l’Union des Villes et Communes de Wallonie explique: "On était à 60 millions d’euros l’an dernier pour l’ensemble des communes wallonnes mais on parle d’un montant annuel de 160 millions en 2024, soit 100 millions d’augmentation en moins de 6 ans !

Ce qui coûte aussi

Ce n’est pas la seule difficulté. S’ajoutent le financement des zones de polices, l’augmentation des besoins des CPAS ou la diminution des revenus due au tax shift fédéral.
C’est ainsi que les impôts locaux ( IPP, PRI et taxes diverses) augmentent presque systématiquement tous les 6 ans en Wallonie. Et cela risque de continuer, annonce l’UVCW, si le Fédéral ne fait aucun geste.

Eclaircie ?

Le paysage n’est heureusement pas tout gris. La Région wallonne s’est notamment engagée à transférer le financement des zones de secours aux provinces, ce qui devrait donner une bouffée d’oxygène aux communes. La Wallonie promet aussi la neutralité budgétaire des dispositions qu’elle pourrait prendre. La réduction du précompte immobilier annoncée dans la l’accord de majorité devrait donc être compensée pour les communes.
Toujours est-il qu’à l’heure actuelle, le plafond à l’additionnel à l’impôt des personnes physique, limité par la Région wallonne à 8,8%, est déjà d’application dans 23 communes. Et les additionnels au précompte immobilier – au maximum 2600 – sont allègrement dépassés dans 85 communes sur 262.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK