Importante délégation belge à New York pour appuyer la candidature de la Belgique à l'ONU

Le roi Philippe, la reine Mathilde et le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders sont en visite à New York. Ils répondent à l'invitation de l'Assemblée générale de l'ONU qui organise une réunion sur la "consolidation et la pérennisation de la paix".

L'occasion pour la Belgique de mener sa campagne. Elle souhaite un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. Un siège qu'elle pourrait occuper deux ans.

La Belgique a-t-elle des chances remporter la course ? 

Il y a trois  adversaires qui s'affrontent dans ce sprint final : l'Allemagne, Israël et la Belgique. 

Trois pays pour deux sièges...La Belgique pourrait bien remporter un des trophées. 

Pour Eric David, professeur émérite de droit international à l’ULB, Israël comme membre non permanent, "cela ne risque pas d'arriver" : "Le pays n'est pas un modèle de respect des résolutions du Conseil de sécurité". Des résolutions obligatoires qui exigent qu’Israël se retire des territoires occupés . 

La délégation belge, une offensive de charme

La visite du couple royal et de Didier Reynders, c'est un peu LA dernière offensive de charme. 

Pour être admise, la Belgique doit bénéficier du soutien des deux tiers des 193 votants à l’Assemblée générale. Et pour y arriver, la Belgique a commencé une très longue course de fond en 2015. La visite de la famille royale c'est un peu la cerise sur le gâteau. 

Le Roi Philippe prononcera un discours devant l’Assemblée générale. La Reine, quant à elle, assistera à différentes réunions. 

Verdict : le 8 juin, date de l'élection par l'Assemblée générale de l'ONU.

La Belgique a déjà siégé à cinq reprises au Conseil de sécurité. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK