"Il y a urgence": Joëlle Milquet veut ramener l'impôt des sociétés à 24,7%

Joëlle Milquet
3 images
Joëlle Milquet - © Tous droits réservés

L'heure de réformer un système qui donne des déductions fiscales à tout vent a sonné: invitée dans l'Indiscret, Joëlle Milquet affirme qu'on est arrivé à un "momentum" pour changer le mécanisme des intérêts notionnels et ramener l'impôt des sociétés (ISoc) de 33% à 24,7%.

Joëlle Milquet veut se retrousser les manches et ne pas mener campagne en 2013. La vice-Première cdH se félicite du travail déjà réalisé depuis le début du gouvernement Di Rupo et dresse le programme pour cette année: il y aura au menu encore des réformes, notamment dirigées par la volonté d'investir dans l'emploi.

Il faudra réformer le système des intérêts notionnels, système conçu "du temps où le cdH était dans l'opposition", concède Joëlle Milquet, comme elle l'avait annoncé dans La Libre.

Les intérêts notionnels sont régulièrement au coeur de l'actualité. Ils l'ont encore été cette semaine lorsqu'il est apparu qu'ArcelorMittal a largement profité de ce système pour payer très peu d'impôts.

Pour Joëlle Milquet il faudrait, encore sous cette législature, revoir le système des intérêts notionnels dans la perspective plus générale de réduire le taux de l'ISoc afin de soutenir la relance. Elle relève que les intérêts notionnels profitent peu aux PME, ce qu'elle regrette. Elle ajoute que la Belgique pourrait suivre l'exemple de ce qui se fait au Luxembourg et en partie de ce qui se fait aux Pays-Bas.

"Il faut évidemment le changer. Il faut garder une attractivité pour les grands groupes. Avec 1,6 milliard d'euros, je trouve beaucoup plus intéressant d'aider les entreprises et les PME qui investissent dans la productivité et dans l'économie réelle, ce qui n'est pas le cas des intérêts notionnels. Changeons le système pour abaisser le taux d'imposition des sociétés à 24,7 en partant de 33%. Il y a une urgence économique et je pense qu'il y a une plus grande maturité politique pour aborder ce sujet".

On garderait uniquement, dit-elle, des avantages fiscaux pour ce qui relève des prêts des banques au sein des grands groupes dans l'esprit de la directive mère-filiales.

"Assez réagi aux gesticulations de la N-VA"

Interrogée sur la dernière sortie en date de Bart De Wever interdisant les T-shirts arc-en-ciel aux fonctionnaires de la ville travaillant au guichet, pour afficher leur homosexualité, la ministre en charge de l'égalité des chances préfère ne pas passer son temps "à répondre à toutes les gesticulations de la N-VA car il y a d'autres urgences dans le pays" et s'étonne aussi qu'on parle de l'homosexualité comme d'une obédience.

Enfin concernant le rapport de la Sûreté de l'Etat sur les rapports entre politiques et sectes, rapport qui a fuité, Joëlle Milquet juge qu'il est "opportun de revoir le système de communication, parce qu'il y a peut-être trop de destinataires et de revoir les priorités en matière de Sûreté".

RTBF avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK