Il n'est pas possible actuellement de contrôler la vitesse des speed pedelecs

Un vélo électrique
Un vélo électrique - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

C'est actuellement impossible d'effectuer des contrôles de vitesse sur les 'speed pedelecs', des vélos électriques pouvant atteindre les 45 km/h. D'après le ministre de l'Intérieur Jan Jambon, il n'existe en effet aucun équipement de mesure utilisable, ni en Belgique, ni à l'étranger. "Une solution à ce phénomène est recherchée au-delà des frontières nationales", a-t-il précisé en réponse à une question du député Veli Yüksel (CD&V), qui souhaite mettre en place de tels contrôles.

Environ 30% des vélos qui se vendent actuellement sont équipés d'une aide au pédalage. Si un deux-roues électrique traditionnel atteint des vitesses allant jusque 25 km/h, un speed pedelec peut, lui, aller jusque 45 km/h.

"Nous devons pouvoir en vérifier la vitesse", estime Veli Yüksel. Ce n'est pas une question superflue, selon le député. "Il y a déjà eu beaucoup d'accidents avec des vélos électriques. Nous avons également noté des accidents mortels avec des vélos électriques rapides dans notre pays."

Le problème est toutefois qu'il n'existe aucun moyen performant de mesurer leur vitesse. "Il semblerait que des recherches et des développements sont en cours. Mais il n'est actuellement pas possible de prédire quand un dispositif sera disponible et pourra être utilisé par les services de police sur le terrain", répond le ministre Jambon.

Il n'empêche, précise Benoit Godard, porte-parole "sécurité routière" et "mobilité" de l'institut Vias, "on peut quand même verbaliser (les speed pedelecs) si leur vitesse est 'inadaptée'". Il renvoie en outre vers l'article 10 du code de la route. Selon celui-ci, "tout conducteur doit régler sa vitesse dans la mesure requise par la présence d'autres usagers et en particulier les plus vulnérables, les conditions climatiques, la disposition des lieux, leur encombrement, la densité de la circulation, le champ de visibilité, l'état de la route, l'état et le chargement de son véhicule; sa vitesse ne peut être ni une cause d'accident, ni une gêne pour la circulation."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK