Il faut rembourser tous les porteurs de l'hépatite C, estime le KCE

De nombreux porteurs du virus, qui se transmet principalement par le sang, ne sont pas au courant de leur contamination, car ils ne souffrent parfois d'aucun symptôme.
De nombreux porteurs du virus, qui se transmet principalement par le sang, ne sont pas au courant de leur contamination, car ils ne souffrent parfois d'aucun symptôme. - © HERWIG VERGULT - BELGA

Il est nécessaire de rembourser le traitement contre l'hépatite C à tous les patients infectés par le virus, estime mardi le Centre fédéral d'Expertise des soins de santé (KCE) dans un communiqué. Un traitement entamé encore plus tôt entraîne des "bénéficies importants" pour la santé, écrit le KCE.

Le remboursement des nouveaux médicaments antiviraux contre l'hépatite C ne concerne actuellement que les patients victimes de lésions avancées du foie et de transplantation hépatique (phase 3 de la maladie) mais sera élargi dès 2017 à ceux qui se trouvent dans la deuxième phase, avait annoncé fin septembre la ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld).

Ces médicaments sont plus efficaces que les précédents, ont moins d'effets secondaires mais leur prix peut dépasser les 40 000 euros. Quelque 2600 patients bénéficieront d'un remboursement à partir de l'année prochaine contre 1400 pour le moment, selon la ministre.

Élargissement "par paliers"

Le KCE plaide cependant pour le remboursement de toutes les personnes porteuses du virus. Il évoque la piste d'un élargissement "par paliers" en raison de la situation budgétaire difficile, tout en surveillant l'augmentation du nombre de patients traités.

"Chaque étape d'élargissement devrait également aller de pair avec une renégociation des prix des médicaments", ajoute le centre d'expertise. S'associer avec d'autres pays pour lancer un appel d'offres conjoint permettrait par exemple d'obtenir une réduction des prix, analyse-t-il.

On ne connaît pas le nombre exact de personnes contaminées par l'hépatite C en Belgique, qui peut aboutir à une cirrhose ou même un cancer du foie. De nombreux porteurs du virus, qui se transmet principalement par le sang, ne sont pas au courant de leur contamination, car ils ne souffrent parfois d'aucun symptôme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK